L’itinérance mémorielle de Macron se transforme-t-elle en chemin de croix ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Malheureusement, et c’est honteux vis-à-vis de nos ancêtres poilus qui – rappelons-le – ont combattu pour sauver la France de l’envahisseur allemand, les commémorations du centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale ne revêtent pas la solennité qu’elles méritent.

D’un côté, le président de la République Emmanuel Macron a choisi de suivre une « itinérance mémorielle » dont beaucoup se demandent ce que c’est et ne comprennent pas pourquoi les Armées françaises – victorieuses rappelons-le également – ne sont pas plus mises à l’honneur avec par exemple un défilé militaire grandiose digne de celui organisé il y a cent ans.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

D’un autre, la population civile, exaspérée par la hausse intenable des impôts, de l’insécurité et de la précarité, profite de chaque visite présidentielle très millimétrée pour crier – à longue distance à cause d’un dispositif de sécurité hors-norme – à Emmanuel Macron son mécontentement.

Là c’est un retraité qui explique que « la colère monte », ici c’est un ouvrier qui affirme « qu’on ne l’a pas attendu pour réussir », là-bas c’est un passant qui accuse Emmanuel Macron d’être « un escroc » et appelle à sa démission.

Au final, les célébrations du centenaire de la « der des ders » sont éminemment tristes et l’acrimonie ambiante – et croissante – montre au monde une France terriblement désunie. Quel dommage et surtout quelle déception pour tous ces soldats – et non point du tout de simples « civils qu’on a armés » – qui ont tout donné pour que nous restions libres.

La France avait vaincu, avait surmonté les pires épreuves au point d’avoir en 1918 la plus puissante armée du monde seulement quatre ans après les errements de 1914, mais qu’en avons-nous fait cent ans plus tard ?

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Une pensée sur “L’itinérance mémorielle de Macron se transforme-t-elle en chemin de croix ?

  • 9 novembre 2018 à 15 h 56 min
    Permalink

    Il ne faut pas froisser “La Grosse Bertha” c’est la raison officielle qui est donnée pour ne pas faire un “défilé militaire grandiose”.
    Le pangermanisme” existe toujours et des personnes comme Macron sont à sa botte.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *