Taxes sur le carburant : contribuables et citoyens, vous avez élu ceux qui vous rackettent !

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Cela fait mal de l’admettre mais nous sommes collectivement responsables de notre sort.

La politique n’a probablement jamais été aussi détestable qu’aujourd’hui et le gouvernement En Marche est probablement un condensé de ce qui se fait de plus odieux dans ce domaine, à l’inverse de ce que beaucoup d’entre nous espérions. Le cynisme, seul le cynisme semble animer ces commerciaux de la mondialisation générale et du démantèlement organisé de la richesse des peuples européens.

Dans cette affreuse dynamique qui jette tellement de concitoyens un peu plus dans la précarité, face à cette faucheuse qui condamne tellement de gens à la misère, ces « ministres » – titre qui ne veut plus rien dire lorsque l’on constate que n’importe qui, plus imbécile que jamais, peut en être – vous imposent des impôts toujours plus lourds et des taxes toujours plus énormes.

C’est notamment le cas du prix exorbitant de votre carburant – essence ou diesel – que vous avez désormais l’obligation de payer à prix d’or pour la satanée « transition écologique » qui d’un bon sentiment parisianiste ne changera absolument rien à la planète et probablement rien à l’état environnemental de la France.

En effet, qui aujourd’hui parmi les ayatollahs de l’écologie peut expliquer en quoi des millions et des millions de batteries électriques bourrées de composants polluants et dévastant des lieux grands comme la France pour leurs terres rares seraient-elles plus écologiques ?

Qui aujourd’hui parmi ces gourous de la rééducation verte peut expliquer en quoi leurs très réguliers déplacements aériens – pour se reposer à Bali, pour aller craner à New York ou pour frimer à Bombay à nos frais – pollueraient-ils moins que « des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel » mais qui travaillent pour de vrai et ne sont donc pas apparatchiks d’un gouvernement discutable ?

La réponse, vous l’avez deviné, est « personne » et après avoir promu le diesel pendant des décennies, les mêmes « élites » nous affirment qu’il est terriblement polluant, pour notre bien dans les discours, pour financer notre dette publique dans la réalité.

Mais la cerise sur le gâteau est que nous, citoyens et contribuables, sommes par millions responsables et payons le carburant de ces ribambelles qui n’ont, pour la plupart, jamais véritablement travaillé de leur vie ni jamais fait le plein elles-mêmes d’un véhicule de fonction que nous, citoyens et contribuables, leur payons.

Nous payons, ils profitent, et tant pis si nous vivons difficilement tant qu’eux peuvent se goinfrer.

La « transition écologique » est une énorme captation, celle de nos efforts, celle de notre labeur au profit exclusif de quelques profiteurs dont le seul mérite est d’avoir berné l’électeur, c’est-à-dire une large partie d’entre nous. Oui, n’ignorons pas que nous sommes nous-mêmes responsables de la situation et avons porté au pouvoir ceux qui, aujourd’hui, se moquent de nous.

A-t-on enfin compris collectivement la leçon pour les prochaines élections ? Car vous, nous, moi avons encore de fait le pouvoir : nous pouvons descendre par millions dans les rues et voter en masse.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

2 pensées sur “Taxes sur le carburant : contribuables et citoyens, vous avez élu ceux qui vous rackettent !

  • 29 octobre 2018 à 13 h 56 min
    Permalink

    Je découvre lepolitique par cet article d’une trop rare lucidité journalistique.
    C’est bien ce type d’exemples du cynisme des (mal) élus-décideurs qu’il faut répandre dans une opinion publique au jugement obéré par le silence révérencieux convenu de la presse premium. Continuez comme ça…

    Répondre
  • 9 novembre 2018 à 16 h 11 min
    Permalink

    Le bulletin de vote serait l’arme fatale..si les contribuables étaient logiques avec eux-mêmes ce qui n’est pas gagné d’avance…seule l’espérance, cette folle charmante, peut -elle être invoquée?
    Le seuil du ridicule a été franchi depuis longtemps.(362 impôts et taxes) ..celui de pratiques douteuses masquées par des mots et des sourires est déjà atteint…et risque fort d’être dépassé à son tour…
    Il va falloir se décider à agir….et rapidement car le temps joue contre nous…En plus d’un désastre fiscal et financier …pourrait s’y ajouter un désastre moral conséquent …..qui nous conduirait inexorablement à une profonde modification de civilisation….Nos adversaires utilisant le Cheval de Troie ,qui fut funeste pour les Troyens…serons nous capables d’empêcher l’histoire de se répéter?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *