Avec le remaniement, Emmanuel Macron confirme sa stratégie visant à « diviser pour régner »

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Après le remaniement du gouvernement le 16 octobre 2018, les réelles intentions du président de la République Emmanuel Macron sont plus claires pour les mois à venir : c’est bien « diviser pour régner » !

D’un côté, il fait confiance à la justicequi n’est pas indépendante car en France il existe simplement une « autorité judiciaire » (Titre VIII de la Constitution) dont l’indépendance est garantie par le président de la République. Des procédures judiciaires sont donc entamées, voire réitérées, contre le Rassemblement national (RN) et La France insoumise (LFI), afin de les repousser le plus possible, sur la droite ou sur la gauche, et ainsi les affaiblir autant que faire se peut.

D’un autre côté, au centre, Emmanuel Macron a renforcé son dispositif avec de nouveaux ministres venant du Mouvement Démocrate (Modem), ou en récupérant un ex-membre des Républicains (LR) dit « constructif » et un membre du Parti Socialiste (PS), un peu seul.

Ce noyau dur aura pour mission de tout faire, en allant à la pêche chez LR et au PS, afin de constituer une liste, la plus large possible, de « progressistes » et européistes pour les élections européennes. Il s’agit de mettre à terre les « populistes », attachés à l’identité française et à la civilisation européenne.

Pour LR, les plus sensibles à cette manœuvre pourraient être Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Dominique Bussereau, voire Valérie Pécresse, tous centristes de cœur ! Autrement dit, pour la Droite, il s’agit de rassembler les conservateurs, libéraux et patriotes – saturés par le « machin bruxellois » qui décide de tout, souvent pour rien – qui aspirent à une Europe des Nations, respectueuse du principe de subsidiarité.

Ce travail a d’ores et déjà commencé, il faut le poursuivre avec détermination.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Francis Demay

Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

Une pensée sur “Avec le remaniement, Emmanuel Macron confirme sa stratégie visant à « diviser pour régner »

  • 19 octobre 2018 à 14 h 27 min
    Permalink

    La tactique est simple..et le remaniement la confirme bien.
    Rien ne doit changer ni le cap ,ni l’ambition perso du Président….et pour ce faire il faut s’entourer de personnes sur qui il peut vraiment compter..sans oublier d’accentuer les divisions de ses adversaires politiques.
    Ce faisant il est persuadé que personne ne pourra remettre en cause ni ses projets, ni les moyens choisis pour les mettre en oeuvre.
    Sauf que…. à force de vouloir imposer ses vues sans véritable concertation …voire sans concertation du tout…il fait monter la température sociale dans le pays…ce.qui pourrait enfiévrer le vote pour les élections européennes à venir….et le résultat pourrait alors, comme cela s’est produit dans d’autres pays européens, être contraire… à ses ambitions….et aussi,qui sait, à celles de l’Europe actuelle….
    Jouer les apprentis sorciers .n’est pas à la portée du premier venu…fusse-t’il président.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *