En Marche vers un nouvel impôt sur votre vélo, quand trop c’est trop ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Emmanuel Macron a beau avoir été décrit comme un « Mozart » de la finance, ses compétences ne se sont encore pas exprimées concrètement après bientôt un an et demi de mandat présidentiel. La croissance économique est famélique, la dette publique explose, les impôts battent des records et le chômage de masse enfle toujours.

En quelques mots donc, le bilan est pour le moins alarmant et aucun changement ne serait à prévoir suite au remaniement ministériel. En sus donc de payer d’ici 2020 le litre de diesel à presque deux euros, ce qui correspond à un choc fiscal inédit dans toute l’Histoire de France et ce alors que cette dernière est déjà championne du monde de l’impôt, la majorité de La République En Marche (LREM) prévoit d’en créer un nouveau sur votre vélo.

Au prétexte qu’immatriculer votre outil de transport permettrait de réduire les vols, l’automobiliste dont le véhicule est lui aussi immatriculé constate pourtant que dans la plupart des cas celui-ci n’est jamais retrouvé et quand il l’est c’est le plus souvent détruit.

Dès lors derrière la future « carte grise » pour votre bicycle se cache probablement un nouvel impôt destiné à financer un budget de l’Etat hors-limite et dont le déficit a augmenté de 37% par rapport au déficit déjà record généré par le précédent président et mentor de l’actuel, François Hollande, durant la même période.

Le nouveau projet de loi d’orientation des mobilités usera donc de l’argument écologique, le même qui vous assomme à la pompe et qui tue littéralement la mobilité en zone rurale, pour imposer aux cyclistes un impôt de plus. Ajoutez à ceci que vous paierez bientôt la redevance télévisuelle même si vous n’avez pas de téléviseur et que si le désespoir vous guette, c’est normal car la situation est tout bonnement intenable pour les ménages et pour notre économie.

Le début de mandat d’Emmanuel Macron est un gigantesque espoir déçu pour beaucoup et une véritable catastrophe pour tous. Trop, c’est trop ?

Ajout du 21 octobre 2018

La ministre des transports Elisabeth Borne a répondu qu’aucune carte grise ne serait exigée pour les vélos, puis des comptes de réseaux sociaux ont parlé de “Fake News” à l’endroit de l’information révélée dans cet article.

Pourtant, Le Figaro dans un article d’Antoine Garbay a également titré Une «carte grise» bientôt obligatoire pour les vélos le 17 octobre 2018.

Nous regrettons que la révélation d’une information véritable est de plus en plus régulièrement dénoncée a posteriori comme étant une “fausse information” dans le seul but de rétro-pédaler devant le mécontentement général.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

2 pensées sur “En Marche vers un nouvel impôt sur votre vélo, quand trop c’est trop ?

  • 18 octobre 2018 à 18 h 42 min
    Permalink

    Bientôt ces moutons de députés larem vont nous taxer l air que l on respire pauvre pays

    Répondre
  • 19 octobre 2018 à 20 h 33 min
    Permalink

    Trop c’est trop ! rien n’est plus vrai mais avant qu’il ne soit trop tard , donc avant la fin du mandat présidentiel , qui va nous sortir de ce guet-apens ? Est ce encore possible ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *