L’immigration massive explique la claque donnée à Angela Merkel en Bavière

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

L’explication est bien plus terre-à-terre que politique n’en déplaise aux analystes de salon qui, coupés de toute réalité, « animent » les débats soporifiques du service médiatique « public » ou « subventionné » depuis si longtemps embrigadé et partialisé qu’il a perdu toute crédibilité.

D’Anne Sinclair à Alain Duhamel, antiques voire dépassés vétérans de la doxa parisianiste médiatique obligatoire, la « défaite » de la CSU, alliée de la chancelière allemande Angela Merkel, serait le résultat d’une droite qui aurait trop couru après l’extrême droite à savoir l’AFD, entrante au parlement régional.

Cet article est réservé aux Abonnés. 75% reste à lire.

Abonnez-vous pour 5€ et soutenez Le Politique.
Le Politique est intégralement financé par ses Abonnés:
– Soutenez un média indépendant,
– Accédez à l’intégralité du site,
– Ne lisez que le plus pertinent.

Abonnez-vous ou Connectez-vous

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Commentaires fermés.