« Pendez les Blancs » : quand un rappeur appelle au génocide des Européens

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Le rappeur Nick Conrad chante qu’il faut « pendre les blancs » et tuer leurs enfants dans les crèches, mais « ce n’est pas un appel à la haine » selon lui.

Devant le tollé provoqué par son clip vidéo dans lequel un homme blanc rampe, humilié et blessé, pour être ensuite pendu, le rappeur de Noisy-le-Grand (93) estime simplement avoir été maladroit de ne pas avoir indiqué qu’il s’agit d’une « fable » visant à inverser les positions des noirs et des blancs.

Dans le cadre de cette vision hautement racialiste, Nick Conrad estime donc qu’en tant que « noir » tout lui est permis là où le millième vaudrait l’incarcération immédiate de n’importe quel « blanc ». Il faudrait donc lui rappeler que la loi s’applique à tous.

En droite ligne de l’anti-occidentalisme conquérant mû à la fois par la détestation mal-nommée « progressiste » de l’Occident et par l’islamisme, Nick Conrad participe de cet environnement délétère où l’appel au génocide des « blancs » est toléré voire même encouragé par un gouvernement immobile ; de même que l’islamisme appelle au génocide au moins cultuel et culturel des Européens.

Alors que le « blanc » n’a même pas le droit d’exprimer certains ressentis sur combien la France a changé, sur combien l’Europe disparaît en tant que civilisation, tout ce qui n’est pas « blanc » semble autorisé à parfois commettre le pire et à le promouvoir, souvent même à l’aide de subventions financées par ces mêmes « blancs » dont on appelle ouvertement au meurtre.

Tous les racismes doivent être combattus et les Européens en sont également victimes. Il n’existe pas de « bon racisme » et de « mauvais racisme ». Le gouvernement doit siffler la fin de cette récréation profondément dégradante et remettre de l’ordre dans ce foutoir de non-droit qu’est devenu la France.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Une pensée sur “« Pendez les Blancs » : quand un rappeur appelle au génocide des Européens

  • 29 septembre 2018 à 19 h 23 min
    Permalink

    Le gouvernement est dans le déni, comme beaucoup!
    L’avenir sera dur!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *