Crise chez les Bobos : le Dalaï-Lama serait-il un dangereux populiste anti-migrants ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Les jeunes progressistes qui propagent la bonne parole populaire et imposent démocratiquement leur point de vue minoritaire à la majorité sont consternés ; pire la dépression les guette et un stage de yoga à Bali après avoir « marché pour le climat » s’impose – car l’empreinte carbone c’est pour les autres.

La vague du populisme terrifiant et des heures sombres du nationalisme fasciste emporte tout, même le Dalai-Lama, voilà pourquoi. Le Dalaï-Lama a déclaré à Malmø en Suède, pays à la fois si ouvert et si paisible, que « l’Europe appartient aux Européens » et qu’à terme il est souhaitable que les migrants retournent chez eux « pour reconstruire leur propre pays ».

Pire, « je pense que l’Europe appartient aux Européens », a ajouté le Dalaï-Lama, 83 ans, et probablement touché par le terrible virus populiste, menace ultime pour « l’Europe », si fière d’être la plus grande autruche continentale de l’univers.

Pour Henri-Jacques, artiste parisien subventionné, imposé à l’IFI et progressiste depuis toujours, « c’est catastrophique car avec ma compagne, on est branché zen bouddhiste alors après la marche pour le climat du week-end dernier, on va partir en cure de purification à Rawaltapani, un petit village indigène d’Amérique du sud où s’est construit un centre écologique en lieu et place d’un village traditionnel. »

Même stupeur chez Marie-Hélène, chef marketing pour une « entreprise » publique et spécialiste de la conscience cosmique dans un environnement tempéré, « les mots du Dalaï-Lama ne sont pas les siens, je pense qu’il est victime de déséquilibrisme comme tous ces saltimbanques dont la voiture autonome se trompe et fonce sur des gens qui ne sont rien. »

Chez En Marche dans le si populaire et divers 6ème arrondissement de Paris, la crise existentielle guette et la soirée tofu-soja du jeudi soir a même été annulée.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Une pensée sur “Crise chez les Bobos : le Dalaï-Lama serait-il un dangereux populiste anti-migrants ?

  • 14 septembre 2018 à 15 h 14 min
    Permalink

    Un sage a parlé….et comme toujours une minorité est révoltée par ses propos, et de le considérer comme “dérangé”. C’est tellement plus facile que d”affronter la réalité…
    Et oui, l’Europe ne doit, et ne peut pas, devenir une terre d’asile pour tous les pays de la terre et l’Afrique en particulier.
    L’Europe ne doit pas non plus perdre son identité n’en déplaise à certains.Le rappel du sage est essentiel.
    Que font nos “bobos” pour rétablir par exemple la démocratie dans les très nombreux pays africains où elle a disparue, et faire en sorte que leurs habitants puissent vivre correctement et libres “au pays” ?
    Silence radio total….
    Il souhaitent ou rêvent sans doute d’une gigantesque immigration qui devrait les satisfaire ……et bien entendu en premier lieu les très nombreux africains. demandeurs d’asile ou candidats à l’immigration en Europe.
    Il n’y a que des avantages si les africains,et d’autres immigrés viennent en masse chez nous car ils sont essentiels pour le devenir de notre pays et de l’Europe..
    Nos gouvernants ( et bien d’autres ) le répètent assez souvent pour que nous en soyons bien persuadés!.
    Alors que si c’est nous qui allons chez les africains par exemple, nous sommes considérés comme des esclavagistes…des profiteurs…..etc.
    Chacun appréciera selon sa sensibilité.
    En attendant ce futur hypothétique mais pas irréaliste à bien y regarder……les chinois eux s’implantent discrètement en Afrique….pour des travaux d’utilité publique évidemment et font venir en outre leur propre personnel pour effectuer l’essentiel de ces travaux.
    Ils pourraient jouer les “coucous” à terme…l’Europe les y aidant d’ailleurs en accueillant de plus en plus d’Africains de toutes nationalités.
    Ils commencent petit les chinois pour mieux grandir ensuite…et mettre la main sur des ressources qui leur font défaut en quantité, tant ils sont nombreux dans l’Empire du Milieu , et leurs besoins immenses!
    Sans parler d’une éventuelle migration de populations chinoises, peu favorisées, pour occuper majoritairement un jour le terrain…dans nombre de pays africains laissés vacants économiquement ou presque !
    Et ce ne sont pas quelques petits dictateurs qui les en empêcheront…
    L’histoire nous réserve encore , très probablement, pas mal de surprises.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *