« Gaulois réfractaires » : Emmanuel Macron oublie-t-il qu’il est au service des Français ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

En visite officielle au Danemark et en présence de la Reine Margrethe II, le président de la République Emmanuel Macron a salué le peuple danois, « ce peuple luthérien qui n’est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement ».

Cette déclaration, quoiqu’on pense du fond, est extrêmement maladroite sur la forme et constitue une énième erreur de communication politique en plein contexte de défiance grandissante à l’endroit de l’exécutif.

Chômage en hausse, impôts en hausse, précarité en hausse, insécurité en hausse, prestations sociales en baisse, services publics en baisse, croissance en baisse, le bilan d’En Marche et d’Emmanuel Macron est globalement négatif et fortement discutable.

Actuellement, les Français sont à peine 20% – selon les enquêtes de terrain – à approuver l’action du chef de l’Etat et de plus en plus nombreux sont ceux qui envisagent de profiter des élections européennes de mai 2019 pour « infliger une correction à Emmanuel Macron ».

Ce dernier, qualifiant les Gaulois de réfractaires, oublie que leurs descendants – certains le contesteront et y ajouteront les Romains et les Germains – ont justement voté pour le « changement » à l’élection présidentielle 2017.

Croyant majoritairement à ses promesses et à son souhait de construire un « nouveau monde » et quand bien même les circonstances de cette élection étaient-elles contestables, Emmanuel Macron se contredit et prend le risque d’une rupture définitive avec ces mêmes « réfractaires » qui l’ont pourtant élu, lui le jeune inconnu et dont les qualités supposées sont encore tout à fait invisibles dans son bilan présidentiel.

Le réfractaire répond donc à Emmanuel Macron que la France n’est pas une banque et que les Gaulois ne sont pas ses employés. En vérité, c’est l’inverse : Emmanuel Macron est au service des Français et c’est à lui de leur rendre des comptes.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *