« Personne n’est au-dessus des lois, » Benjamin Griveaux est-il humoriste ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Nombreux sont les électeurs qui ont finalement choisi Emmanuel Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle 2017 car ils ont cru et soutenu son projet de « transparence » et de « République exemplaire ».

C’est aussi dire combien est grande la déception après quinze mois de mandat parsemés de nombreuses affaires qui constituent en elle-même une anomalie statistique puisqu’en dépit du sérieux des faits présumés, toutes n’ont connu qu’une seule et même issue à savoir le classement sans suite.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

La déception s’est progressivement muée en colère avec l’affaire Alexandre Benalla qui a révélé un mode de fonctionnement discutable et suscité de vives interrogations quant à la conception peu conventionnelle de la légalité au plus haut niveau de l’Etat.

L’affaire Benalla a été un tel choc qu’elle reviendra inévitablement sur le devant de la scène, et plus encore à mesure qu’Emmanuel Macron et ses camarades En Marche s’emploient à l’étouffer et à empêcher le courageux Sénat de mener l’enquête.

Le paroxysme de l’inconcevable pour une démocratie « libérale » a été atteint avec cette affaire type Stasi en deux étapes consistant 1) à censurer massivement les comptes Twitter « de droite » et à exiger une identité alors qu’au moins 1 million de followers d’Emmanuel Macron sont eux-mêmes de faux comptes, 2) à ficher en contravention tant avec la loi nationale sur la protection des données individuelles qu’avec les droits politiques fondamentaux les comptes sociaux défavorables à Emmanuel Macron à travers « l’ONG » DisinfoEU.

Alors qu’émergerait désormais une nouvelle affaire immobilière et fiscale présumée relative à Françoise Nyssen, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux explique que « personne n’est au-dessus des lois. » Le problème est que plus personne n’y croit.

A gouverner aujourd’hui avec ceux qui n’étaient hier que des seconds couteaux du Parti Socialiste (PS) sous François Hollande, Emmanuel Macron a raté là une occasion en or de s’élever au-dessus de la masse, et il y perdra probablement énormément.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *