Bagarre de Booba et Kaaris à Orly, une preuve de la déliquescence de l’Etat ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

L’Etat et plus encore ses dirigeants à savoir le président de la République Emmanuel Macron et son gouvernement existent pour une raison primaire qui fonde le « contrat social » à savoir assurer la sécurité.

Depuis longtemps, constate-t-on que l’Etat ne maîtrise plus son territoire transformant de facto en mission quasi-impossible la tâche des services de police et de renseignement à protéger la sécurité nationale.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Le plus inquiétant réside toutefois dans cette étonnante dynamique qui voit les citoyens respectueux des lois de plus en plus oppressés par un Etat ruiné et les voyous multirécidivistes aux casiers judiciaires fournis souvent libres d’enfreindre chaque jour un peu plus la loi.

De Redoine Faid qui s’est échappé de prison à la faveur d’une incurie ministérielle aux rappeurs Kaaris et Booba qui provoquent la fermeture d’un terminal de l’aéroport d’Orly suite à une bagarre, les preuves que la situation échappe au gouvernement En Marche s’accumulent.

Les faits divers sordides se multiplient, la grande criminalité prospère comme jamais, l’islamisme se développe tous azimuts et l’Etat macronien réserve pourtant sa sévérité à ceux qui ne poseront jamais aucun problème à la tranquillité publique.

La raison en étant que l’impôt ayant tué l’impôt, la lutte de l’Etat contre l’insécurité est devenue un rapport coût/efficacité de nature strictement comptable d’où l’implacable répression à l’instar des 80 km/h sur les routes secondaires et l’invisible détermination gouvernementale contre les véritables menaces ou les flagrantes infractions comme dans l’affaire Alexandre Benalla.

L’Etat macronien protège autant que l’Union européenne, c’est-à-dire pas du tout et ses gesticulations relèvent plutôt du spectacle considérant que la réalité dûment constatée contredit amplement les « bonnes » statistiques officielles.

Le droit premier du citoyen à la sécurité n’est plus vraiment assuré et le fait qu’un aérogare d’Orly ait pu être le lieu d’une longue bagarre entre deux individus notoirement connus montre combien sont grandes nos failles de sécurité face aux diverses menaces qui pèsent sur notre République.

Pour résumer, la France sous Emmanuel Macron est un énorme « foutoir » indigne d’un pays développé et où le citoyen paye toujours plus pour des conditions de vie et de tranquillité de plus en plus détériorées.

Avant d’aller créer de nouvelles contraventions inapplicables pour des infractions hautement difficiles à constater, le mieux serait d’appliquer véritablement la loi existante et de cesser tout laxisme.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Bagarre de Booba et Kaaris à Orly, une preuve de la déliquescence de l’Etat ?

  • 3 août 2018 à 12 h 43 min
    Permalink

    La haine envers certains rejoint la sottise; et faire des amalgames (crapuleux) dessert la cause que vous semblez vouloir promouvoir; les fautes de M.Macron sont assez nombreuses et connues, sans qu’il soit besoin de lui faire de mauvais procès.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *