L’affaire Benalla rebondit et les nouveaux éléments semblent accablants

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Dans les dernières interviews millimétrées d’Alexandre Benalla, le plus choquant est qu’aucun mot et bien sûr pas le moindre regret n’aient été exprimés à l’égard des victimes « présumées » et dont la molestation est pourtant visible sur au moins deux vidéos.

En même temps qu’Emmanuel Macron et En Marche s’emploient à minimiser une affaire d’Etat aux extensions de plus en plus inquiétantes, une nouvelle vidéo (1) vient démolir complètement la « défense » d’Alexandre Benalla qui n’aura en fait convaincu que ceux qui nient la réalité à savoir les images irréfutables de ses actions.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

La dernière vidéo montre Alexandre Benalla emmenant sans ménagement un individu à l’aide d’une clef de bras, suivi par environ sept CRS et un « collègue ». Sans aucune légitimité pour agir comme tel, ce nouvel élément vient prouver une nouvelle fois l’usurpation et l’usage disproportionné de la contrainte par un individu non autorisé pour intervenir, pas même du point de vue légal et erroné d’Alexandre Benalla.

Pire, l’hebdomadaire Le Point révèle que ce dernier possédait un véritable arsenal « qu’il cachait en lieu sûr » composé de trois armes de poing de marque Glock ainsi que d’un fusil à pompe. Autorisé à porter une arme dans des conditions contestables, rien ne laisse penser qu’il était aussi autorisé à détenir un tel armement, surtout en qualité de simple civil – voire de « bagagiste » pour ne citer que Christophe Castaner.

Ces nouvelles révélations accablantes soulignent l’absolue nécessité d’une enquête spéciale et indépendante de la DGSI sous la direction du président du Sénat Gérard Larcher. Qu’un individu aux actions discutables et en telle proximité avec le chef de l’Etat possède autant d’armes et ait bénéficié de tellement d’avantages sans guère d’explication interroge énormément.

Qu’en est-il donc de l’intégrité de l’Etat à son plus haut niveau ? Cette question mérite d’être posée au moins sur la base du principe de précaution.

Notes

(1)

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *