Donald Trump agit en ami de l’Europe, malgré son ton direct et ses mots durs

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Que vous l’appréciez ou non, le président des Etats-Unis Donald Trump a déjoué trois pronostics qu’avaient répété en chœur les divers « experts » dont la connaissance réelle des Etats-Unis se limite souvent à Manhattan et à Berkeley. D’ailleurs, plus ils se trompent, plus ils passent dans les médias, c’est ce que l’on appelle « l’expertise médiatique ».

D’abord, Donald Trump a bien été élu président des Etats-Unis, à mille lieues des pronostics des « experts » totalement déphasés et qui ricanaient des conclusions des analystes de terrain partis explorer le Michigan, la Pennsylvanie et l’Illinois dès 2015. Ensuite, Donald Trump n’est non seulement pas la catastrophe tant annoncée mais il est même plus populaire que Barack Obama à période équivalente de son mandat. Enfin, Donald Trump que les « experts » disaient imbécile règle non seulement le tempo mais impose ses desiderata.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Pour « un guignol ignorant », Donald Trump s’avère pour le moment bien plus efficace pour les Etats-Unis que ne le sont cumulés « les professionnels de la politique » Angela Merkel et Emmanuel Macron pour l’Europe. Cette vérité n’implique pas d’aimer Donald Trump mais de regarder la réalité telle qu’elle est. Trump est bien plus populaire chez lui que ne le sont Merkel et Macron chez eux.

Le chômage américain est à un plus bas historique quand il continue à battre des records en France. Washington reste la plus grande puissance mondiale, capable d’intervenir partout en quelques heures quand Bruxelles s’avère incapable de n’avoir ne serait-ce que la maîtrise élémentaire d’un territoire européen devenu une immense passoire, véritable réjouissance pour les futurs terroristes dont les gouvernements coupables feindront ensuite de découvrir l’existence parmi nous.

Vous pouvez détester Trump autant que vous le voulez et même pour des raisons plaidables mais vous ne pouvez pas nier ces faits.

Au sommet de l’OTAN, Donald Trump a dit deux vérités fondamentales. D’abord, l’Europe ne dépense pas assez pour sa défense et dépend trop des Etats-Unis. Quasiment désarmée et dépourvue de frontières, l’Europe est livrée à une crise migratoire dont l’intensité d’aujourd’hui serait moindre que celle de demain. Comptant sur la « solidarité » américaine, l’Europe est un enfant immature qui refuse toute entrée dans l’âge adulte.

Ensuite, l’Allemagne ne joue en effet la carte européenne que quand cela sert ses intérêts et l’éternel perdant d’un tel comportement est la France, bien plus pro-européenne dans les faits. Contre le terrorisme au Sahel, dans tous les dossiers stratégiques, seul Paris est considéré comme un acteur crédible par Washington même si ses moyens militaires se sont drastiquement réduits depuis la fin de la guerre froide.

Les Etats-Unis s’inquiètent de l’effondrement de l’Europe et Donald Trump souhaite inverser « le changement » qu’il y perçoit comme une menace existentielle contre la civilisation occidentale. Les Etats-Unis s’avèrent contreproductivement ingrats et même sacrément culottés quand ils estiment payer la défense de l’Europe sans retour sur investissement, oubliant leur prédation souvent observée sur les entreprises, les technologies et même le droit européens.

Mais ils disent l’exacte vérité quand ils estiment que l’Allemagne génère un déséquilibre excessif qui menace l’Europe et l’alliance occidentale. Plutôt que de critiquer Donald Trump car il a des mots durs, rappelons donc qu’un véritable ami est celui qui vous dit en face ce qu’il pense vraiment. On peut discuter des heures durant sur le contenu mais la leçon abrupte du président américain est un signal d’alarme qui dit aux Européens d’arrêter de rêver, de regarder le monde tel qu’il est et de prendre enfin leurs responsabilités.

Enfin, Donald Trump s’inscrit dans une vision civilisationnelle dans laquelle il constate combien l’Europe a changé et s’inquiète qu’elle disparaisse totalement d’ici deux ou trois décennies. Qui oserait affirmer que ce qui nous préoccupe aujourd’hui et nous force à des mesures de sécurité inédites existait aussi il y a 30 ans ? Et sans une « Europe européenne » à l’avenir, quid de la solidarité transatlantique, clef de voûte de la puissance mondiale américaine ? se demande-t-on avec inquiétude à Washington.

Que ce débat plaise ou non, qu’il soit totalement réfuté voire nié à Bruxelles par obsession du politiquement correct ou par divergence idéologique n’empêchent pas qu’il anime bien des esprits de l’administration Trump. Le « real Donald Trump » choque car il ne rêve pas la réalité, il la constate. Pendant que Merkel et Macron parlent de « l’Europe qui protège », Trump vient leur rappeler qu’il n’en est rien. Les centaines de morts et les milliers de blessés du terrorisme islamiste en sont une preuve accablante. Sur ce point, une écrasante majorité d’Européens donne raison à Donald Trump.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *