L’Etat pourra-t-il surveiller les 450 djihadistes bientôt sortis de prison ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Il y a « à peu près 500 détenus radicalisés comme terroristes islamistes (et incarcérés en France). (…) Sur ces 500, il y en aura une vingtaine qui vont sortir cette année, une trentaine l’année prochaine », expliquait la garde des Sceaux et ministre de la justice Nicole Belloubet il y a un mois.

Aussitôt, des citoyens comme des élus se sont alarmés d’un possible aveuglement des autorités quant à leur légèreté présumée en pleine « guerre » contre le terrorisme. Considérant que des individus dûment fichés, parfois même suivis par bracelet électronique, ont commis des attentats terroristes meurtriers ces dernières années, certains appellent à un maintien en détention ou en résidence surveillée.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Dans le renseignement, on estime qu’au moins une vingtaine d’agents est opérationnellement nécessaire pour surveiller un seul individu en permanence et partout où il se rend. L’évasion le 1er juillet 2018 du malfaiteur Redoine Faid de la prison de Réau malgré les multiples avertissements de l’administration pénitentiaire ajoutée aux émeutes gravissimes à Nantes montrent que l’Etat – surtout le gouvernement – est en réelle difficulté.

Six jours après son évasion et en dépit des milliers de policiers mobilisés, Redoine Faid n’a pas encore été retrouvé. « Dans ces conditions, comment voulez-vous que l’on puisse surveiller efficacement des dizaines voire des centaines de radicalisés libérés de prison ? » demande un commentateur ayant requis l’anonymat. « Dire le contraire aux Français, c’est nous mettre tous en danger. »

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *