Merkel et Macron sont-ils responsables de la « lèpre populiste » qu’ils dénoncent ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

La chancelière allemande Angela Merkel et son homologue français Emmanuel Macron ont tout de même beau jeu d’exprimer si souvent leur crainte de la « lèpre populiste » alors qu’ils en sont les principaux responsables.

A force de ne pas écouter les peuples d’Europe et de ne pas comprendre que ces derniers ne souhaitaient pas l’entrée forcée de millions de « migrants ».

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

A force d’enfermer l’Europe dans un déséquilibre économique intenable où l’Allemagne bénéficie d’un euro qu’elle contrôle totalement tel “ein großes Deutsche Mark”.

A force de donner des leçons à la terre entière sans rien connaître de la vie quotidienne des « lépreux », Angela Merkel et Emmanuel Macron sont les principaux si ce n’est les « meilleurs » promoteurs du « populisme » qu’ils dénoncent.

En estimant ouvertement que ce dernier menace l’Europe sans guère user de précaution oratoire, vouant ainsi aux gémonies presque désormais 70% de leurs populations respectives, alors qu’ils osent à peine aborder le sujet brûlant de la menace islamiste, ces deux dirigeants abîment irrémédiablement l’Europe et entérinent le divorce quasi-définitif entre l’Europe, celle de Bruxelles et non celle qui fut promise, et ses peuples.

Non, les affreux « lépreux populistes » ne sont pas anti-européens, de même qu’ils ne sont ni « racistes » ni « xénophobes » dans leur immense majorité. Ils ne supportent simplement plus cette Europe non-élue qui décide de réglementations aussi incompréhensibles que dommageables depuis Bruxelles et ils ne comprennent plus ces Merkel et Macron obsédés par l’étranger et oublieux de ceux qu’ils sont en charge de représenter – et de défendre.

L’Europe promettait de protéger, elle a échoué. L’Europe promettait la prospérité, elle a échoué. Ce n’est pas l’idée d’Europe que rejettent les peuples, mais la façon dont celle-ci a été dénaturée et instrumentalisée pour la transformer en vaste zone de dirigisme, d’injustice et de censure. L’illibéralisme appartient à ceux tels Merkel et Macron qui ignorent les peuples, n’inversons pas les rôles !

Les Européens souhaitent la liberté dans la souveraineté et rejettent la lâcheté dans l’austérité. Ils ne sont pas contre l’immigration mais contre l’immigration massive et incontrôlée. Ils ne sont pas xénophobes mais contre le démantèlement de leurs moeurs, de leurs valeurs et de leur mode de vie. Ils ne sont pas “populistes” mais bien plus majoritairement lucides et réalistes. Ecoutez-les donc enfin plutôt que de les ignorer.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *