Après Marin handicapé, Kevin assassiné ; l’insécurité et le laxisme préoccupent les Français

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

En sus du choc fiscal et de la crise migratoire, l’insécurité sera probablement l’un des sujets majeurs des prochaines échéances électorales. Partout, forces de l’ordre comme citoyens ont constaté une montée significative et soudaine de l’insécurité par la multiplication des faits criminels et de délinquance à la fois de plus en plus violent et de plus en plus faiblement punis – voire simplement impunis.

Après le jeune Marin, 20 ans, handicapé après avoir héroïquement défendu un couple à Lyon le 11 novembre 2016, c’est Kevin, 17 ans, qui a été assassiné de 20 coups de couteau après avoir défendu son amie dans un parc de Mourmelon-le-Grand le 2 juin 2018. Alors que le président Emmanuel Macron a intimé aux Français « de s’habiter à vivre avec le terrorisme », il semble qu’ils doivent aussi s’habituer à subir la barbarie.

Aussi, toute expression de colère ou d’exaspération face à la multiplication de ces crimes contre de jeunes personnes est systématiquement écartée par la majorité En Marche comme du « populisme », évitant ainsi de prendre la mesure du problème et d’assumer la mission primaire pour laquelle elle a été élue à savoir assurer la sécurité.

Face à l’échec et à « l’ensauvagement », le gouvernement paraît avoir baissé les bras, le confort et la protection de ses membres l’ayant sûrement coupé de la dure réalité quotidienne des citoyens lambda qui, désarmés, se font assassiner et dont les proches n’apparaissent bizarrement jamais dans les médias pour exprimer quelque mécontentement pourtant hautement légitime.

Un peu comme avec les crimes terroristes où seules quelques victimes exprimant de la compassion et n’ayant « pas de haine » sont médiatisées quand l’écrasante majorité, probablement pas dans le même état d’esprit, n’est jamais apparue sur vos écrans. En attendant, la criminalité explose et les forces de police et de gendarmerie sont débordées malgré leur courage.

Quant à l’individu ayant assassiné Kevin pour un « mauvais regard » – un prétexte pour accomplir quelque acte de sauvagerie – on espère qu’il sera retrouvé puisque des milliers voire des dizaines de milliers d’individus dont on ignore tout – jusqu’au nom et l’âge réels – circuleraient librement en France, en toute illégalité.

Dans ces conditions de non-maîtrise du territoire national, lutter contre la criminalité et le terrorisme relève de l’exploit quotidien dont l’accomplissement doit tout à nos organes de sécurité et absolument rien aux politiques dont la ligne écartelée entre l’avancée de la loi SILT et le laxisme généralisé est dépourvue de logique.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *