Banlieues : communautariste et déconnecté, Emmanuel Macron se fait démonter

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Président de la République Emmanuel Macron – pourtant lui-même un « mâle blanc » – a déclaré que « deux mâles blancs qui ne vivent pas dans les banlieues se remettent un rapport sur les banlieues : ça ne marche plus comme ça. »

Des mots, beaucoup de mots mais rien de concret et surtout pas de réalisme sont en résumé l’appréciation portée tant par l’opposition de droite que par les internautes qui ont commenté le discours d’Emmanuel Macron (1) sur les banlieues.

« Les propos de Macron au sujet du rapport sur les banlieues de Jean-Louis Borloo sont inacceptables. Ils sont profondément anti-républicains. Après la fracture sociale et la fracture territoriale, la fracture raciale ? Macron casse la France, » s’émeut Daniel Fasquelle (2), Député du Pas-de-Calais et trésorier national des Républicains (LR).

Même son de cloche mais dans un registre plus policé chez d’autres.

« (J’assiste) atterrée à une mise en scène parfaitement huilée, des questions préalablement sélectionnées, une accumulation de clichés et propos éculés, des platitudes présidentielles, une perte de temps, rien à la hauteur de la soi-disant mobilisation pour les banlieues, » explique depuis le palais de l’Elysée Florence Portelli (3), Maire de Taverny et Vice-présidente du groupe LR à la région Ile-de-France.

« Après le monde rural abandonné, la banlieue est méprisée ! Une matinée d’incantations pour aboutir à des mesurettes ne traitant pas les causes des problèmes : Justice laxiste, nivellement par le bas à l’école, immigration incontrôlée, » se désespère Nicolas Dupont-Aignan (4), Député de l’Essonne et Président de Debout la France (DLF).

« Je trouve extrêmement choquant que Macron évoque un argument racial digne des ‘Indigènes de la République’, en délégitimant toute solution pour les banlieues qui émanerait de ‘mâles blancs’. C’est la consécration du communautarisme au sommet de l’Etat, » ajoute Marine Le Pen (5), député et Présidente du Front National (FN).

Toutefois, le Président de la République a exprimé quelques vérités sur lesquelles tout le monde devrait s’accorder comme « quand on a peur de sortir de chez soi ou de laisser sa famille seule on ne peut pas construire son avenir » ou « la radicalisation est en train de gagner dans certains quartiers. »

Le problème pour le chef de l’Etat reste donc de réussir dans les quartiers, là où tout le monde a échoué depuis quarante ans, et alors que des parties significatives du pays échappent à la maîtrise effective de l’Etat.

Enfin, de nombreux internautes ont été profondément choqués que quelques jours après avoir comparé les crimes islamistes contre l’Humanité à une fête d’anniversaire, Yassine Belattar ait été reçu à l’Elysée et s’y soit exprimé devant 600 invités.

(1)

(2)

(3)

(4)

(5)

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Banlieues : communautariste et déconnecté, Emmanuel Macron se fait démonter

  • 23 mai 2018 à 14 h 20 min
    Permalink

    Ainsi vous avez entendu la voix de Jupiter, notre Président qui a bien trompé son monde….
    Le terrorisme certes il “dit “être contre(heureusement) ….mais il n’ose pas s’y attaquer.réellement..nous veillons à votre sécurité…circulez.
    Les zones ne non-droit?
    Des mots ,toujours des mots…mais aucun acte significatif et durable propre à rassurer la population….et remettre en place l’ordre républicain.
    Faire respecter les lois républicaines sur tout le territoire ?
    Vous remarquerez que pour ND des Landes, gendarmes,CRS sont intervenus en nombre et avec du matériel…mais en face ils n’étaient pas véritablement armés et beaucoup moins nombreux…
    Pourquoi ne pas en faire autant dans les zones ou le droit n’existe plus où les armes s’exhibent au grand jour et se font entendre histoire de rappeler qu’elles sont en état de marche….. où la drogue circule librement…où les trafics sont légion…et où la république est remplacée par la Charia.
    Cela demanderait du courage et de la détermination…..mais voilà tout dépend qui est en face .
    Les asiatiques disent” on ne s”attaque qu’au plus faibles ..avec les autres on négocie!”
    De toute évidence c’est ce que notre Président compte faire dans les banlieues et pas que là d’ailleurs.La force vis-à-vis des faibles ,des accommodements avec les plus forts.
    Une méthode idéale pour fracturer le pays…..diviser pour régner c’est bien connu… …
    et surtout pour se fracasser à terme sur le mur des réalités!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *