Belgique : Médiatiser le parti « Islam » encourage-t-il l’extrémisme ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

La lutte contre tous les extrêmes est une lutte légitime dont la vigilance ne doit jamais baisser contre ceux qui, au prétexte de la politique, souhaitent exprimer sans obstacle leur haine de l’autre. Des décennies après l’éradication du nazisme, de nos jours en Belgique, un nouvel extrémisme se développe librement et les pouvoirs publics lui laissent même l’opportunité incompréhensible de distribuer son idéologie totalitaire à la radio et à la télévision.

Ceux qui prévenaient il y a quinze ans qu’un jour ces extrémistes seraient en politique virent juste sauf que comme d’habitude, ils furent ignorés par un milieu politique aussi sourd qu’aveugle et soumis.

Alors que bat la campagne électorale belge, le fondateur du parti « Islam » Redouane Ahrouch dont le programme semble se limiter à l’interprétation littérale de ce mot revendique de ne pas serrer la main aux femmes et a même ostensiblement refusé de porter le moindre regard à la journaliste Emmanuelle Praet à l’occasion de son invitation sur la chaîne télévisée RTL-TVI.

Face à un « homme politique » qui souhaite établir un « Etat islamique » et la « charia » en Belgique, « être choquée, consternée, offusquée » ou se sentir « humiliée » correspond exactement à l’objectif souhaité et constitue une réponse d’une faiblesse atterrante. L’extrémisme se nourrit de la tactique du choc et les chemises noires d’Italie ou brunes d’Allemagne savaient qu’il vaut mieux une émeute permanente qu’un seul instant de calme pour gagner des voix, des adhérents et des ralliements.

Si les journalistes belges croient bien agir en invitant de tels individus sur leurs antennes, pensant que cela ouvrira les yeux, qu’ils ouvrent donc un livre d’Histoire – au chapitre correspondant aux années 1920 à 1933 – et ils comprendront qu’ils ont tout faux. L’extrémisme se nourrit de la publicité, de la transgression et du malaise, et les médias belges lui donnent cela sur un plateau.

Enfin, qu’au cœur du si agréable royaume de Belgique puisse s’épanouir une telle idéologie est un véritable suicide et un dommage gravissime à l’Histoire de ce chaleureux pays. Laisser les Belges musulmans être « représentés » par de tels individus ne peut que mener à la radicalisation, en réaction, d’au moins une part des Belges non-musulmans, est-ce donc cela le « vivre ensemble » si chéri des médias belges ?

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

2 pensées sur “Belgique : Médiatiser le parti « Islam » encourage-t-il l’extrémisme ?

  • 25 avril 2018 à 10 h 34 min
    Permalink

    Une histoire belge de plus…sauf que celle-là ne fait pas rire du tout tant elle est de mauvais goût.
    Malgré de belles parole ,de beaux discours….les belges ne veulent rien voir,ni entendre… et l’Islam intégriste avance ses pions en Europe pendant ce temps…..Bientôt dans notre pays nous vivrons la même chose de façon courante…si personne ne réagit davantage…Les musulmans dits modérés, donc fréquentables, n’auront plus droit de cité…au regard de cet Islam qui leur imposera le silence total voire plus……Déjà des quartiers entiers sont sous leur contrôle..écoles coraniques,Imâms,mosquées pour les prêches de ces derniers……mais nul ne s’en soucie…Certes on entend des prises de positions velléitaires malheureusement peu suivies d’effets….
    La caravane passe et seuls les chiens aboient…c’est ce qui est en train d’arriver en Belgique..
    Bientôt chez nous? Si les gouvernants se montrent toujours aussi peu efficaces cela va devenir une certitude….chaque jour qui passe nous rapproche de cette catastrophe.
    A quand le réveil républicain?

    Répondre
  • 31 mai 2018 à 9 h 49 min
    Permalink

    Cela me rappelle les propos de Federica Mogherini, chargée des affaires étrangères à la commission européenne : “je n’ai pas peur de dire que l’islam politique doit faire parti du tableau, et nous ne devrions pas avoir peur de le dire et l’accepter” !!! Claire Beauchamp a raison : l’islamisme radical est le nouveau visage du nazisme, et tant que les Européens n’en auront pas pris conscience, l’Europe et nos démocraties seront en danger de mort.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *