Livret A : 675 millions d’euros d’impôts en plus grâce à la réforme du taux ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le président de la République Emmanuel Macron est probablement satisfait de son ministre de l’économie Bruno Le Maire bien qu’entre eux le courant serait plutôt alternatif que continu.

Ce dernier, connu pour ses programmes plus denses et plus lourds que les regrettés annuaires téléphoniques, ne manquerait pas d’imagination avec son camarade ministériel Gérald Darmanin à l’action et aux comptes publics pour augmenter ou inventer des impôts sous couvert d’une « optimisation » ou d’une « avancée » En Marche.

La tactique a déjà été menée avec succès avec l’augmentation annuelle programmée jusqu’en 2020 des taxes sur les carburants puisque le bon vertigineux du prix au litre du diesel1,360 euros la dernière fois que Le Politique a fait le plein – n’a suscité aucune colère populaire.

Les Français payent des dizaines de milliards d’euros d’impôts supplémentaires du jour au lendemain, comme par magie, et en l’absence de toute contestation peut-on en déduire que cela leur convient.

Mieux, cette seule disposition fiscale effacera complètement voire dépassera largement les « gains » de la suppression de la taxe d’habitation toujours pas compensée sans que cela ne soit pourtant mentionné par les « grands » médias lorsque le gouvernement plaide la hausse – imaginaire – du « pouvoir d’achat ».

La pression fiscale augmente inexorablement même si Jupiter et ses camarades déploient beaucoup d’énergie pour nous assurer le contraire. Le déficit public continue sur sa lancée, aussi. Nouvelle trouvaille donc pour combler l’immense trou budgétaire artificiellement créé par la principale promesse de campagne d’En Marche avec la « réforme du calcul du taux de Livret A » à compter du 1 février 2020 selon trois modalités :

1) Le taux du Livret A sera désormais fixé comme la moyenne semestrielle du taux d’inflation et des taux interbancaires à court terme (EONIA),

2) L’évolution du taux demeurera liée à celle du taux d’inflation ; en outre, un plancher sera introduit, de sorte que le taux du Livret A ne pourra jamais être inférieur à un minimal absolu de 0,5 %,

3) Le taux sera désormais arrondi au dixième de point le plus proche, au lieu de l’arrondi au quart de point pratiqué actuellement.

Au prétexte de « protéger les épargnants », le véritable gagnant serait donc l’Etat avec une « réduction des charges financières du secteur du logement social d’environ 675 millions d’euros par an », une façon élégante de dire que cette somme significative n’irait donc plus dans la poche de l’épargnant mais plutôt dans celle du parc HLM.

Enfin, cette réforme semble aller plus dans le sens du secteur bancaire qui souhaiterait justement, à l’aune d’un retour probable de l’inflation, que le Livret A demeure une solution d’épargne moins attractive que d’autres plus rentables pour les banques, ces dernières devant logiquement bénéficier significativement de la future « loi Pacte » relative à l’épargne salariale et retraite.

Si l’objectif de Bruno Le Maire visant à « soutenir de manière pérenne les capacités d’investissement » du secteur du logement social est louable, sa mise en œuvre est discutable et paraît se faire au détriment – une fois de plus – du contribuable épargnant.

En résumé donc, la transformation économique de la France par Emmanuel Macron se poursuit et elle coûte depuis un an une vraie fortune aux contribuables, pourtant déjà les plus imposés du monde pour une qualité de service public en baisse constante.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Livret A : 675 millions d’euros d’impôts en plus grâce à la réforme du taux ?

  • 20 avril 2018 à 21 h 23 min
    Permalink

    Tant que le contribuable ne dira rien il n’y a aucune raison de baisser la pression fiscale…au contraire il se trouve ,et se trouvera encore, beaucoup de gens qui accepteront de supporter cette pression…
    .La limitation de vitesse sur les routes secondaire va rapporter beaucoup à l’état d’après les prévisions…12 millions de PV seront émis…ce n’est pas rien à 45 euros cela fait 540 millions d’euros….un minimum……ajouté aux 675 millions du Livret A ..sans parler de la hausse des carburants…..et de la future taxe foncière…passée sous silence…l’addition se corse….en attendant d’autres réformes….et d’autres “contributions”.
    Nous verrons jusqu’où nos gouvernants pousseront le bouchon….sans véritable réaction des citoyens….ces derniers que le Général de Gaulle avait qualifié en son temps de veaux….
    Le propos était sans doute vache mais ô combien réaliste!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *