Pourquoi combattre au Sahel les djihadistes qu’on laisse rentrer du Levant ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Encore une question qui ne plaira pas aux « progressistes » d’Emmanuel Macron qui ne voient contradiction que chez les autres, la paille dans l’œil d’autrui mais pas la poutre dans le leur. Dans les Armées, si l’hommage national à Arnaud Beltrame a été apprécié, le manque de cohérence de la politique extérieure française suscite de vives incompréhensions.

Pour les soldats déployés ces dernières années en opérations extérieures (OPEX), la politique d’Emmanuel Macron qui consiste à combattre sans relâche les djihadistes en Afrique et à « accueillir » selon le secrétaire d’Etat Christophe Castaner ceux qui rentrent de Syrie et d’Irak afin de « mieux évaluer la menace » est très mal vécue.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Alors qu’ils risquent leur vie en combattant l’ennemi sur des surfaces gigantesques et rien qu’en se déplaçant dans des véhicules non équipés pour résister à un engin explosif improvisé (IED), les soldats français ont bien sûr très mal reçu la proposition de M. Castaner.

Comme 85% des Français, ils ne conçoivent pas que le gouvernement français puisse autoriser le retour « des loups dans la bergerie », d’individus qui ont combattu la France et « qui mériteraient au moins la perpétuité réelle. » Risquer sa vie au Sahel pour croiser au pays le même ennemi rentré du Levant, qui en effet comprend ?

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Une pensée sur “Pourquoi combattre au Sahel les djihadistes qu’on laisse rentrer du Levant ?

  • 21 mai 2018 à 12 h 48 min
    Permalink

    Il est évident du fait que Daesch, est l’ennemi, que nous sommes en conflit armé en Afrique, il est incompréhensible que des GOUVERNANTS ENVISAGENT LE RETOUR DE CES MEMES ENNEMIS EN FRANCE, Ils devraient être considérés comme traites à la Patrie en temps de Guerre et remis aux Tribunaux Militaires, pour les Français, et pour les Binationaux et Etrangers INTERDITS DE TERRITOIRE FRANCAIS à Vie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *