Terrorisme : pour Macron et son gouvernement, l’inaction n’est pas une option

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Si François Hollande ne s’est pas présenté à sa réélection et a fini à seulement 4% de popularité, ce ne fut pas seulement parce qu’il était probablement le seul à voir la courbe du chômage s’inverser. Ce fut surtout par son impuissance inconcevable à lutter profondément et réellement contre le terrorisme et l’islamisme.

L’impéritie au plus haut niveau consistant à traiter la menace une fois que c’est trop tard a non seulement choqué les Français mais les a exaspéré au point que tous ou presque ne supportaient même plus de voir François Hollande à l’écran. Un an après, son ancien conseiller et ministre de l’économie Emmanuel Macron est à l’Elysée et pourrait bien connaître le même sort.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Les attentes des Français sont immenses et l’absence de bougie, chansonnettes et autres « vous n’aurez pas ma haine » après l’attaque islamiste de Carcassonne et Trèbes amplifiée par l’assassinat islamiste de Mireille Knoll à Paris indiquent bien qu’ils sont désormais à un autre stade : celui de la colère.

Après tant d’attaques et de drames depuis 2012 quand Mohamed Merah tua des militaires et de jeunes enfants juifs à Toulouse, les Français ont fait preuve d’une dignité exemplaire. Ce temps, comme l’a pertinemment indiqué Julien Dray du Parti Socialiste (PS), pourrait bien se terminer à mesure que le gouvernement persiste à mener la « guerre » à moitié contre un ennemi qui l’a fait en entier.

S’ils ne s’en rendent peut-être pas compte dans le confort du palais de l’Elysée, Emmanuel Macron et son équipe doivent savoir que le discours d’hommage national fut probablement celui de la dernière chance donnée par les Français. La clémence excessive n’est plus possible et bon nombre de propositions de bon sens faites par l’opposition de droite doivent être mises en œuvre immédiatement.

Il n’y a pas d’alternative.

La France doit-elle "accueillir" les djihadistes de retour de Syrie et d'Irak ?

Voir Résultats

Loading ... Loading ...
Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *