Islamisme : « On ne peut pas interdire une idée », et le nazisme alors ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Surtout ne rien faire, ne pas se remettre en question ni s’interroger sur pourquoi des milliers d’individus hostiles souhaitent en découdre avec la France, pays dans lequel ils vivent pourtant et même en bénéficient souvent. Aux propositions de l’opposition soutenues par une vaste majorité des Français, le premier ministre Edouard Philippe a répondu par une fin de non-recevoir.

Comme si tout allait bien après l’attaque islamiste de trop, rien ne doit changer et tout ne dépend que de quelques améliorations du « suivi » des individus les plus radicalisés. Sparadrap sur une plaie putréfiée, gangrenée et hémorragique, la politique antiterroriste d’Emmanuel Macron correspond à quelques nuances près à une copie conforme de celle de son prédécesseur – et mentor socialiste l’a-t-on oublié – François Hollande.

Quelques larmes, un beau discours et c’est reparti… comme en 1940. On ne saurait interdire le salafisme car on ne peut pas interdire une idée, explique Edouard Philippe. Vraiment ? Le nazisme, théorie politique et idéologie totalitaire, n’est-il pas interdit ? N’a-t-on pas réussi à dénazifier l’Allemagne et à réduire le nazisme qui réunissait des dizaines de millions de fanatiques à une mouvance groupusculaire de quelques centaines d’individus ?

Avouez-le donc, ce n’est pas que vous ne pouvez pas, c’est que vous ne voulez pas, et vos raisons échappent manifestement à énormément de Français, meurtris et exaspérés au plus haut point de votre manque de volonté.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

2 pensées sur “Islamisme : « On ne peut pas interdire une idée », et le nazisme alors ?

  • 28 mars 2018 à 18 h 42 min
    Permalink

    Ne pourrions nous pas exiger du gouvernement une relecture objective du coran ? une révision totale des textes avec retrait des sourates haineuses, de toute incitation à la violence (envers les mécréants) interdire les préceptes de la charia en France?

    Répondre
  • 5 avril 2018 à 13 h 48 min
    Permalink

    le néonazisme fait 30% a chaque élections, depuis quelques années…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *