Retailleau prévient Macron : « On ne se laissera pas intimider »

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

La « méthode » du président de la République Emmanuel Macron qui annonce une « réforme » par jour ou presque au point d’en devenir inaudible ne fait pas l’unanimité.

Après Bernard Carayon, maire de Lavaur et député pendant 15 ans, qui décrit Emmanuel Macron comme « la vraie brutalité », c’est au tour de Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, de s’attaquer « à la curieuse conception de la démocratie » de « Jupiter » et de ses camarades.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

« Pas de débat chez La République En Marche (LREM) » avait intimé Christophe Castaner à ses troupes, rappelle Bruno Retailleau dans un communiqué et qui estime que « toute opinion différente est considérée par (Castaner) comme une agression. » Face au rouleau-compresseur LREM, tout débat démocratique et Républicain semble en effet défendu.

C’est pourquoi Bruno Retailleau a insisté sur le fait que « l’opposition ne se laissera pas museler par la volonté de toute puissance d’Emmanuel Macron (et) ne se laissera pas intimider. »

Précision

Rappelons que pendant la campagne présidentielle 2017, Le Politique avait reçu des injonctions directes de la part de LREM pour retirer des articles qui ne « plaisaient pas » au motif qu’ils « posaient des questions. » Suite à notre refus, nous fûmes la cible d’une campagne médiatique indigne d’une démocratie. Jamais aucun autre parti politique, de droite comme de gauche, ne s’est permis l’once d’un tel comportement avec nous.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *