Vers une véritable guerre entre la Grèce et la Turquie ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

« L’Europe, l’Europe, l’Europe ! » s’exclamait le Général de Gaulle. Aujourd’hui et à l’instar de son incapacité à maîtriser son territoire devenu la plus grande passoire du monde en pleine « guerre contre le terrorisme », l’Europe – certains diront « Bruxelles » – s’avère tout aussi incapable de défendre ses membres en cas d’agression extérieure.

Comme ce fut le cas pour Chypre en 1974 et dont une partie est toujours occupée, la Grèce vit dans la crainte d’une offensive militaire de la part de la Turquie. Candidate à l’adhésion à l’Union européenne (UE), cette dernière estimerait selon son président Recep Tayyip Erdogan que les îles grecques ainsi que toutes les anciennes possessions ottomanes appartiennent à la Turquie.

Pour la Grèce dont l’espace aérien est quotidiennement violé par l’armée de l’air turque et dont deux soldats sont actuellement retenus prisonniers par la Turquie, de telles déclarations lui rappelle qu’elle fut occupée et soumise par l’empire ottoman du 14ème siècle jusqu’aux années 1830.

Alors que Federica Mogherini, haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères, souhaite « voir une solution rapide et positive », c’est surtout à Washington que l’administration du président Donald Trump serait exaspérée du comportement de la Turquie et sur le point d’exiger une sévère mise au point sous peine de révision profonde des liens avec Ankara.

Une posture que n’apprécie guère le Pentagone qui, tout en émettant des critiques similaires, estime toujours la Turquie comme un élément essentiel et stratégique de l’OTAN dont elle est membre comme la Grèce.

Peu respectueuse des droits fondamentaux de l’aveu même de l’UE, la Turquie poursuit ses négociations d’adhésion à Bruxelles en contradiction avec l’opposition d’une forte majorité des Européens à son entrée dans « l’Europe ». Aussi, une même majorité soutiendrait probablement la Grèce en cas de conflit militaire avec la Turquie.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

7 pensées sur “Vers une véritable guerre entre la Grèce et la Turquie ?

  • 9 mars 2018 à 2 h 26 min
    Permalink

    “s’avère tout aussi incapable de défendre ses membres en cas d’agression extérieure.

    Comme ce fut le cas pour Chypre en 1974 et dont une partie est toujours occupée”

    Qui l’eu cru, la Grèce, qui a rejoint l’Union Européenne en 1981, n’a pas été défendu lors de l’invasion Turque de 1974.

    Répondre
    • 9 mars 2018 à 7 h 34 min
      Permalink

      Depuis 1974, l’Europe aurait probablement pu faire plus pour que la partie occupée de Chypre ne le soit plus, d’où les mots “et dont une partie est toujours occupée.” A l’époque, l’Europe, quand bien même la Grèce n’était pas dans la CEE (adhésion en 1981), n’aurait pas du accepter telle situation de perdurer. Vous noterez d’ailleurs que la Grèce devint candidate à l’adhésion à la CEE en 1975 et c’était en partie lié aux événements alors récents de Chypre.

      Répondre
  • 10 mars 2018 à 16 h 02 min
    Permalink

    La Grèce a t elle le moyen de faire une guerre. C’est qui qui va payer cette guerre? Les Européens pardi. Ca m’étonnerai alors que beaucoup de contribuable soutienne alors la Grèce.

    Répondre
    • 10 mars 2018 à 16 h 10 min
      Permalink

      Merci pour votre commentaire. En fait de soutien, nous parlons de celui des opinions publiques. Il est clair qu’à l’heure actuelle, les gouvernements français et allemands ne prendront par exemple pas position contre la Turquie pour des tas de raisons; et ce même s’ils n’en pensent pas moins.

      Répondre
      • 11 mars 2018 à 5 h 30 min
        Permalink

        Tant que des industries allemandes, françaises ou autres soutiendront par leur présence au sol turc, le pacha, la Turquie continuera à menacer, à provoquer, à semer la pagaille. Ceux qui en ont ne se laisseront pas faire. Les autres, l’Histoire les jugera.

        Répondre
    • 11 mars 2018 à 5 h 27 min
      Permalink

      Au cas où vous ne l’auriez pas compris, l’agresseur est la Turquie et pas la Grèce. Si vous ne soutenez pas un pays ami qui est agressé alors je ne donne pas cher de notre survie en tant qu’ Europe et en tant que France.

      Répondre
  • 11 mars 2018 à 19 h 35 min
    Permalink

    L’armée grecque :/ comment dire…. C’est comme un palestinien qui jète une pierre aux soldats d’Israël… L’armée turque est tellement puissante…allez jouer ailleurs !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *