Au Sénat, louons Larcher le titan face à Macron président

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Combien de fois a-t-on parlé de la suppression du Sénat qui « ne servirait à rien, coûterait cher et ne serait qu’une luxueuse maison de retraite » ? Et pourtant rien ne semble plus erroné qu’une telle affirmation surtout lorsque la majorité présidentielle pousse son fait majoritaire un peu trop loin au risque de fragiliser irrémédiablement l’indispensable équilibre institutionnel.

L’élection d’Emmanuel Macron, fort d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale, a rebattu les cartes d’un environnement politique national qui requérait en effet quelque renouvellement. Toutefois, et quand bien même Emmanuel Macron a-t-il été élu, ne lui est-il pas autorisé pendant cinq ans de modifier aussi profondément la longue vie institutionnelle de la République au gré de ses ambitions de « modernité » qui ne font assurément pas l’unanimité.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Dans cette tension au sommet, le deuxième personnage de l’Etat et président du Sénat apparaît comme l’essentiel rappel que l’équilibre est aussi vital à la République que la démocratie à la Liberté.

Vétéran de la haute assemblée, Gérard Larcher (LR) déploie actuellement une énergie considérable à défendre la France de tous ceux qui, peu sensibles voire pas concernés par la « nouvelle société » que souhaite édifier Emmanuel Macron, pourraient tomber définitivement dans l’oubli des projets présidentiels.

D’une énième révision constitutionnelle au vote sénatorial bloqué par le gouvernement d’Edouard Philippe, Gérard Larcher répond sur tous les fronts avec la vitalité d’un jeune engagé. Face à une majorité aux très pressantes velléités, il est plus qu’urgent de rappeler quelles sont les règles élémentaires d’une démocratie libérale et Républicaine.

Qu’on partage les mêmes opinions politiques que Gérard Larcher ou non, il est un pilier de la France Républicaine et mérite le soutien massif de ceux qui aiment la France, et pas seulement celle des villes et autres itinérants « En Marche ».

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *