Valérie Pécresse propose la piétonisation progressive à Paris

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

La fermeture des voies sur berge a précipité la chute de la popularité de la Maire de Paris Anne Hidalgo (PS). Symbole de la déconnexion de ceux qui vivent au pied de leur lieu de travail, la privation de ces axes vitaux pour la circulation automobile dans Paris occasionne une pollution accrue et de significatifs ralentissements.

Depuis qu’une décision judiciaire conteste ladite privation, Anne Hidalgo est demeurée inflexible suscitant une réprobation générale qui lui porte manifestement préjudice et entame ses chances d’être réélue en 2020. En même temps, la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (LR) confirme que la fermeture des voies sur berge a déplacé la pollution mais ne l’a pas diminué.

Il s’agit donc de trouver une solution qui convienne à la fois aux automobilistes et à ceux qui, soucieux de l’environnement, de la santé publique et de leur bien-être, souhaitent que les voies sur berge soient aussi un espace agréable.

Dès lors, « dans mon plan de piétonisation progressive (1), les voies sur berge seraient fermées les week-ends et pendant les vacances scolaires pour que les Franciliens puissent s’y détendre. Mais qu’ils puissent aussi aller travailler en semaine, » a résumé Valérie Pécresse dans un tweet.

Très active alors que certains lui prêtent des ambitions municipales, Valérie Pécresse a lancé une vaste campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports, une initiative bienvenue qui doit toutefois aussi s’accompagner de sévérité – et de réalisme.

(1) Voies sur berge : la Région propose un scénario de piétonisation progressive, Ile de France, 5 mars 2018.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *