Emmanuel Macron souhaite que la prison soit un lieu de dignité

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

« Quand on est condamné, on n’est pas condamné à vivre avec des punaises de lit. Il faut faire de la prison un temps utile et un lieu de dignité, » a déclaré le président de la République Emmanuel Macron.

En visite à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) à Agen (Lot-et-Garonne) en compagnie de la ministre de la justice Nicole Belloubet, Emmanuel Macron a précisé son projet de « refondation pénale » autour de deux objectifs : optimiser l’incarcération, lutter contre la surpopulation carcérale.

Estimant qu’il faut « éviter les peines de prison inutiles », Emmanuel Macron souhaite la création d’un « dossier unique de personnalité » afin de s’assurer qu’une incarcération ne serait finalement pas plus génératrice de récidive que de progrès pour le potentiel détenu. Emmanuel Macron espère ainsi pouvoir éviter la prison à suffisamment d’individus pour réduire la surpopulation carcérale.

En plus de bénéficier d’un aménagement de peine type travaux généraux, bracelet électronique – réservé aux peines inférieures à un an – les individus condamnés devraient pouvoir voter puisque « si un détenu est un individu simplement privé de sa liberté, (il ne l’est pas) de ses autres droits » a expliqué le chef de l’Etat.

« On a essayé de m’expliquer pourquoi les détenus ne pouvaient pas voter. Je n’ai pas compris. Pour les élections européennes je souhaite que tous les détenus puissent voter, » a-t-il ajouté. Selon le ministère de la justice, au 1 février 2018, 80.893 personnes étaient écrouées, dont 69.596 en détention.

Lisez aussi : Bernard Carayon dénonce la « brutalité » d’Emmanuel Macron

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Emmanuel Macron souhaite que la prison soit un lieu de dignité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *