Catastrophe fiscale en vue pour Macron et la taxe d’habitation ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique avait posé le 16 mars 2017 la question en 303 mots et au conditionnel de « la fin du droit de propriété » immobilière en cas d’élection d’Emmanuel Macron. Aussitôt, l’équipe d’En Marche nous avait intimé de retirer notre article et ses médias partenaires dont un « grand » quotidien subventionné par vos impôts prétendait nous avoir « décodé » sans attendre notre réponse à leurs questions impératives – à mille lieues donc de toute éthique journalistique et de politesse élémentaire.

Presque un an plus tard, alors que nous fûmes vilipendés pour avoir osé nous interroger sur la compensation de la suppression de la taxe d’habitation à travers une simple promesse d’économie de la part d’Emmanuel Macron, le constat est inquiétant. En sus de l’augmentation généralisée des prix, taxes et impôts, des maires à l’instar d’Alain Juppé à Bordeaux ou d’Anne Hidalgo à Paris envisageraient – ou auraient déjà décidé – d’augmenter drastiquement les taxes locales, en particulier celle portant sur les résidences secondaires (1).

Dans un nombre significatif de communes et en l’absence de tout plan de compensation réelle, les maires s’inquiètent et pensent aussi à une fiscalité locale alourdie. En effet, non seulement l’économie promise par Emmanuel Macron pourrait ne pas être concrétisée en 2018 puisque le déficit public pourrait bondir de 8 milliards d’euros, mais la pression fiscale continue son intenable progression alors que la hausse de la CSG et des taxes sur les carburants occasionne déjà une baisse de la consommation des ménages.

Avec un pouvoir d’achat en berne, une pression fiscale record du monde et un déficit public aggravé, Emmanuel Macron a déjà renoncé à sa promesse de campagne « d’assurance-chômage pour tous. » Suite à ce renoncement, qui peut encore croire à la suppression de la taxe d’habitation sans nouvelles taxes voire une refonte de la taxe foncière comme « super-taxe foncière » ?

Pas nous car nous n’y avons jamais cru et furent injustement accusés de « fausse nouvelle » pour cela. La vérité éclate un an après et ces « médias » qui nous attaqué ne présenteront bien sûr jamais d’excuses, forts de leur financement public obligatoire par tous les Français et sans lequel ils n’existeraient plus* – incluse la majorité des Français, ‘de droite’ le plus souvent et qu’ils conspuent à longueur d’éditoriaux aussi insipides que déconnectés du réel.

Posez-vous la question. Que reste-t-il de votre « propriété » immobilière lorsque les taxes (foncière, locale, etc…) sont si élevées que vous repayez à l’Etat votre bien en bientôt 30 ans ?

Lisez aussi : En Marche vers la « super-taxe foncière » variable !

Lisez aussi : Impôts, taxes et prix ont bondi, Macron est-il Hollande bis ?

* Chaque contribuable paye en subvention plus que l’équivalent par an d’un abonnement à un quotidien. La plupart de ces publications n’existerait plus à ce jour si votre impôt ne la finançait pas. En échange, a-t-on droit à des leçons perpétuelles et à un débat d’opinion réduit au strict minimum de la pensée obligatoire. Qui ose s’interroger est systématiquement condamné.

La campagne présidentielle 2017 a livré François Fillon aux pires calomnies et d’autres candidats furent aussi horriblement caricaturés. La campagne présidentielle 2017 fut indigne d’une démocratie et de toute notion de Liberté d’expression et de la presse, au point d’altérer la réalité démocratique du scrutin comme le pensent de nombreux Français ?

Cliquez ici pour soutenir Le Politique, 100% indépendant, 0% subvention.

(1) Impôts : sueurs froides pour les propriétaires de maisons de vacances, Le Parisien, 2 mars 2018.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Catastrophe fiscale en vue pour Macron et la taxe d’habitation ?

  • 6 mars 2018 à 15 h 07 min
    Permalink

    Les promesses de réduction d’impots ont toujours été des mensonges d’Etat. Tout citoyen doit pouvoir déposer plainte pour escroqueries en bande organisée, abus de confiance et détournement de fonds publics. Ceux qui nous gouvernent ont supprimé la haute cour … intéressant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *