Injuste polémique sur Edouard Philippe et les Chrétiens d’Orient ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Bien que ce soit un très mauvais jeu de mots, le premier ministre Edouard Philippe se serait pris les pieds dans le tapis des Chrétiens d’Orient en suscitant une vague d’indignation collective sur les réseaux sociaux après des propos apparemment maladroits.

Inaugurant l’exposition « Chrétiens d’Orient » à l’Hôtel de ville de Tourcoing le 22 février 2018, Edouard Philippe s’est fendu d’un tweet affirmant que si « la France ne se dérobera pas à son devoir d’hospitalité, l’avenir des Chrétiens d’Orient doit être en Orient. »

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Si au fond le premier ministre parle juste en estimant que les Chrétiens d’Orient sont chez eux en Orient et qu’ils devraient être aidés par la France pour pouvoir y vivre en paix, c’est surtout l’usage de l’impératif pour désigner leur « avenir » en Orient qui a suscité une vague de commentaires négatifs.

Rappelant l’aide insuffisante apportée par la France et l’Europe ces dernières années pour protéger les Chrétiens d’Orient du nettoyage religieux – certains parlent de génocide – perpétré à leur encontre en Irak, en Syrie et ailleurs, beaucoup ont en effet estimé que si d’autres populations étaient désignées dans les mots d’Edouard Philippe à place de « Chrétiens d’Orient », cela provoquerait un tollé.

Serait-ce là une preuve d’un « deux poids, deux mesures » ou une simple maladresse dans la communication du premier des ministres d’Emmanuel Macron ?

Rappelons enfin qu’un second tweet d’Edouard Philippe indiquait que « se résigner à l’amenuisement et à la disparition des chrétiens au Moyen-Orient serait une catastrophe pour la région, pour sa culture, pour sa capacité à embrasser la diversité. »

Une nuance bienvenue mais qui est manifestement passée inaperçue. En attendant, les Chrétiens d’Orient comptent parmi les populations les plus gravement menacées à l’heure actuelle dans le monde et restent les grands oubliés de la communauté internationale, affirment les associations qui leur viennent en aide.

Que le gouvernement d’Emmanuel Macron aborde officiellement le sujet est toutefois un progrès notable et que suivront de près les millions de Chrétiens français sensibles au sort de leurs « frères » d’Orient.

Lisez aussi : Quotidien (TF1) et Yann Barthès choquent des Chrétiens français

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *