Macron, Le Maire : le mécontentement populaire conteste le consensus

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Surtout médiatique, le consensus autour du gouvernement d’Emmanuel Macron semble se fissurer dès lors qu’il se confronte au réel c’est-à-dire à celui de la France de tous les jours, celle des retraités, des ouvriers et des agriculteurs notamment qui, à la montée inexorable des taxes et des prix, n’ont plus que leurs voix et sifflets pour espérer se faire entendre à défaut d’être écoutés.

A PSA Mulhouse, c’est un syndicaliste de la CGT qui conteste l’affirmation du ministre Bruno Le Maire selon laquelle le gouvernement « sauve des travailleurs. » A Paris au salon de l’Agriculture, ce sont deux agriculteurs qui écoutent calmement le président de la République Emmanuel Macron passablement agacé par les sifflets.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Au-delà des postures et des discours voire même de la bonne volonté, la réalité est que la France souffre toujours, que l’angoisse d’un futur difficile persiste et que les craintes relatives à son déclin ne sont pas levées. Si la critique gratuite contre Emmanuel Macron qui ne démérite pas sur tous les sujets est injuste, force est de constater que le fossé entre les Français et les élites ne cesse pas de se creuser.

C’est une mauvaise nouvelle pour la République et ceux qui la défendent. La France apaisée n’a jamais paru si lointaine et les sifflets des agriculteurs rappellent l’élection somme toute difficile, en chiffres absolus et en nombre de votes exprimés, d’un exécutif pourtant volontariste. « Peut mieux faire, » dirait-on scolairement.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *