Pourquoi perdons-nous la « guerre » contre le terrorisme islamiste ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

La débauche de moyens techniques et l’augmentation sensible des budgets des services antiterroristes ne seront guère efficaces à long terme si aucune politique réaliste, franche et de fond ne préside à une stratégie générale d’éradication du terrorisme islamiste.

En plaidant d’un côté le renforcement de la lutte antiterroriste et en même temps en tolérant l’intolérable, le gouvernement d’Emmanuel Macron persiste dans une dichotomie qui annule dans la durée l’efficacité acquise dans l’immédiat. En toile de fond du terrorisme, simple moyen, prospère une idéologie extrémiste dont le gouvernement accepte pourtant la présence et la croissance en France.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

En sus des frontières ouvertes qui rendent impossible la capacité élémentaire d’identification de qui est présent sur le sol national, le gouvernement s’évertue à ne traiter que les effets sans jamais réellement s’attaquer aux causes.

Une telle situation n’est pas le monopole de la France et tous les pays occidentaux semblent touchés par un même virus qui, mêlant lâcheté, aveuglement et naïveté, encourage les individus les plus dangereux dans leurs ambitions destructrices.

Pourtant, et plus encore d’un point de vue militaire puisque notre gouvernement parle de « guerre », la capacité même d’un pays comme la France à réduire la menace terroriste est infiniment plus grande que la capacité opérationnelle et létale réelle de l’ennemi.

Au fond manque donc la volonté politique de mener une véritable « guerre » à l’ennemi dans les faits plus que dans les discours. Surpuissant en tous points, l’Occident s’avère contradictoirement vaincu car il a déserté le champ des idées, s’auto-flagelle en permanence et persiste dans l’erreur diabolique de croire que l’apaisement et la Raison peuvent convaincre l’extrémiste le plus vil.

Honteux, nos aïeux ont bien vite oublié qu’Adolf Hitler « suscitait la confiance » et quiconque, tel Winston Churchill, prévenait de sa dangerosité était conspué comme un affreux belliciste. On sait ce qu’il en est advenu. Nous commettons actuellement et collectivement la même faute, et elle est impardonnable.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Pourquoi perdons-nous la « guerre » contre le terrorisme islamiste ?

  • 25 mars 2018 à 14 h 36 min
    Permalink

    Expulser tous les Fichés S étrangers ou binationaux de France , au lieu d’envoyer nos Soldats se faire tuer en Afrique, faisons le nettoyage en France, de toutes les Zones de non-droit,

    Ne pas accepter le retour des DJIHADISTES en France, quelque soit leur Nationalité
    Ce sont des Assassins en puissance!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *