Sébastian Kurz, source d’inspiration pour refonder la droite française ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le futur chancelier autrichien, Sébastian Kurz, sera à seulement 31 ans le plus jeune dirigeant politique du monde. Surnommé « l’enfant prodige », celui qui fut dès 28 ans ministre des affaires étrangères et donc chef d’une des diplomaties les plus prestigieuses de l’Histoire, a reconstruit la droite autrichienne à savoir le Parti populaire autrichien (OVP) pour en faire à nouveau la première force politique du pays.

Quelques semaines après la défaite cinglante de la droite dès le premier tour de la dernière élection présidentielle, Kurz fut élu avec 98,7% des voix à la tête de l’OVP – 700.000 adhérents – en plaidant pour « une droite véritablement de droite » et en brisant la chape de plomb empêchant tout débat sur des problématiques pourtant considérées essentielles par une majorité d’autrichiens.

Représentant de l’aile droite de l’OVP et régulièrement accusé de courir après l’extrême droite, Sébastian Kurz vient pourtant d’en enrayer clairement la progression avec 31,4% des suffrages exprimés à l’occasion des élections législatives anticipées de ce week-end contre 27,4% pour le FPO de Heinz-Christian Strache. Rappelons que ce même FPO avait perdu la dernière élection présidentielle de seulement 30.000 voix d’écart contre le candidat écologiste Alexander Van der Bellen.

Selon les électeurs autrichiens, Sébastian Kurz et son parti conservateur ont gagné car ils se sont enfin décidés à traiter énergiquement la crise migratoire en promettant la limitation drastique de l’immigration et la crise identitaire en promettant la mise en conformité autrichienne des nouveaux immigrants – principalement musulmans.

D’une certaine façon et alors que les médias très majoritairement « de gauche » ou mal-nommés « progressistes » dénoncent la dérive extrême de l’Autriche, Sébastian Kurz incarne exactement cette jeune génération « de droite » qui affiche et défend des positions nettement plus « à droite » que ses aînés. Sans crainte d’aborder de front le sujet brûlant de « l’islamisation » et de « l’identité », les jeunes militants à l’instar de Kurz estiment défendre leurs Libertés, leur mode de vie et leur culture contre une Union Européenne (UE) qu’ils dénoncent comme permissive.

Nier les véritables angoisses tapies au fond des peuples ne les faisant pas disparaître – bien au contraire, Sébastian Kurz vient de prouver qu’une droite vraiment à droite peut non seulement se relever de défaites inédites mais gagner ensuite l’alternance, cette fois avec un bond de 8 points de pourcentage de plus qu’aux législatives précédentes.

En contenant l’extrême droite et en promettant de s’attaquer à ce qui soucie les Autrichiens plutôt que de se préoccuper de son adoubement par la bien-pensance médiatique, Sébastian Kurz donne peut-être ici des clefs pour à la fois refonder la droite et cesser l’aveuglement collectif qui mène potentiellement au désastre général. Enfin, précisons que toute ressemblance avec un candidat à la présidence des Républicains (LR) serait parfaitement fortuite.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

2 pensées sur “Sébastian Kurz, source d’inspiration pour refonder la droite française ?

  • 17 octobre 2017 à 19 h 15 min
    Permalink

    Oui l islamisation de la France est un réel problème pour ceux qui ne jouent pas les Bisounours!
    Macron ã bien éludé ce problème dimanche soir ainsi que la laïcité !
    Fillon lui voulait interdire les ” frères musulmans” ! Il avait raison !

    Répondre
  • 18 octobre 2017 à 10 h 45 min
    Permalink

    C’est là qu’est la clé : Passer outre les procès en extrême-droitisme en recentrant systématiquement les débats sur les idées fondatrices et ne pas s’occuper de ce que fait le FN de son côté.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *