Immigration, Emmanuel Macron et la tentation du réalisme

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

A plusieurs reprises, notamment en matière de politique étrangère, le récemment élu président de la République Emmanuel Macron a exprimé des points de vue rompant avec ceux de ses deux prédécesseurs à savoir Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Sur la Syrie notamment, Macron estime-t-il que le départ de son homologue Bachar Al-Assad n’est plus un préalable indispensable à la « normalisation » en Syrie et que la priorité demeure la lutte contre l’Etat Islamique (EI) qui, lui, a attaqué et menace toujours la France.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

A l’occasion de sa première grande interview télévisée depuis son élection à l’Elysée le 7 mai 2017, Emmanuel Macron a exprimé une fermeté rarement entendue depuis Nicolas Sarkozy sur les écueils de la crise migratoire et plus largement sur l’immigration clandestine.

Cet article est réservé aux Abonnés. 75% reste à lire.

Abonnez-vous pour 5€ et soutenez Le Politique.
Le Politique est intégralement financé par ses Abonnés:
– Soutenez un média indépendant,
– Accédez à l’intégralité du site,
– Ne lisez que le plus pertinent.

Abonnez-vous ou Connectez-vous

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.