Après Charlottesville, réécrire l’histoire déstabiliserait les USA

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Suite aux dramatiques événements de Charlottesville, les velléités de réécriture de l’histoire des Etats-Unis sont plus fortes que jamais et se sont traduites par le retrait de plusieurs statues de personnages confédérés historiques dans le pays.

A New York City, le maire Bill de Blasio est en pointe dans ce projet de faire table rase du passé et même la statue de Christophe Colomb pourrait en faire les frais. Non seulement la majorité des américains s’oppose à toute réécriture de leur histoire nationale mais les services de renseignement s’en inquiètent en privé.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

« A vouloir faire plaisir à une minorité qui veut réécrire notre histoire nationale, nous faisons le lit de tous les extrêmes entre ceux qui veulent tout déboulonner et ceux qui ne manqueront pas de se venger,” s’inquiète par exemple un agent fédéral de l’ATF. « Mon avis est très largement partagé au sein de la communauté (du renseignement) » ajoute-t-il.

En somme, l’extrémisme nourrit l’extrémisme et la situation intérieure des Etats-Unis pourrait en pâtir significativement.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *