Chers Allemands, calmez-vous, conseil d’un ami Français

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

L’Allemagne se comporte parfois de façon bien maladroite avec les Européens et suite à la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel a-t-elle plongé à nouveau l’Europe dans une période de grave instabilité dont les répercussions historiques pourraient bien s’avérer aussi dramatiques qu’en 1914-1918 et 1939-1945.

Guidée par un hubris dommageable, le magazine allemand Stern s’est permis d’afficher en couverture le président Donald Trump paré du drapeau américain et faisant le salut nazi, bras droit levé. Si l’on peut bien entendu rejeter la politique de Trump et le critiquer vivement, un tel procédé relève soit de l’amnésie collective soit de la prétention osée d’une Allemagne qui perd peu à peu toute compréhension de la réalité européenne dans son ensemble.

En ouvrant les portes de l’Europe à des millions de « migrants », l’Allemagne a une fois de plus précipité l’Europe toute entière dans l’une des plus graves crises de son Histoire, mettant peut-être à nouveau son existence en péril.

A l’initiative de deux guerres mondiales sur deux et d’avoir à nouveau commis une faute historique en 2015, l’Allemagne s’apprête à réélire Angela Merkel sans prêter suffisamment d’attention à une Europe largement exaspérée de ses leçons et de ses postures parfois aussi gonflées que contreproductives.

L’Allemagne est un grand pays et les Allemands sont un peuple aux nombreuses qualités mais la géopolitique européenne est le sujet dans lequel, à long terme, ils n’ont jamais excellé. Un peu d’humilité, d’écoute et de recul sont donc indispensables si l’Allemagne ne veut pas que l’Europe – France comprise – finisse par lui crier un jour « auf wiedersehen. »

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *