Des économies sans hausse d’impôts, c’est la promo Macron!

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

La France est dans de telles difficultés politiques et financières que ses dirigeants politiques en sont à se féliciter de promettre des économies sans hausse d’impôts (1). Traduction, vous aurez moins mais nous ne paierez pas plus, et cela avec le sourire et l’enthousiasme du Macron-compatible En Marche après avoir été Républicain comme Gérald Darmanin.

C’est donc une forme de rigueur, disons carrément d’austérité qui semble prévue au menu d’une France si affaiblie qu’elle rogne encore le budget de ses Armées en pleine « guerre » contre le terrorisme. Après une pression fiscale augmentée et l’explosion de la dette publique sous le mandat de François Hollande, voici la transition de l’attrition par l’impôt à toujours l’attrition par l’impôt plus le serrage de ceinture pour tous.

Depuis quarante ans, les gouvernements appellent les Français à « faire un effort » et quand bien même chaque année le rapport de la Cour des comptes est accablant, se poursuivent et se ressemblent les mêmes politiques qui ont mené à cette situation d’effort permanent et d’échec perpétuel. D’un côté la France accueille le monde entier, le soigne, l’héberge et le nourrit.

Certes est-ce beau et humaniste, et oui la France a une vocation universelle d’Humanité, mais en l’état actuel des choses, force est de constater l’avancée profonde de la précarité dans nos quartiers et dans nos campagnes. Les services publics disparaissent, postes et commerces désertent, la prestation publique diminue en qualité et rallonge en délai, la police et la gendarmerie se concentrent sur le plus grave tandis que les Armées font l’impossible.

Le contexte général est notoirement mauvais, et derrière les 81,81% d’inscrits qui n’ont pas voté Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle couve une crise politique majeure et soudaine si la situation n’évolue pas rapidement et drastiquement de façon favorable. Se réjouir de promettre des économies sans augmenter les impôts, c’est probablement le fond des abysses de l’impuissance politique.

Mais réjouissez-vous, vous ne paierez pas plus pour avoir moins !

(1) Et la hausse de la CSG ?

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *