La Corée du nord pourrait bien bouleverser la stabilité mondiale

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Les tensions géopolitiques soudainement plus fortes et qui parcourent actuellement l’Asie sont d’une gravité potentielle élevée. Elles semblent plutôt sous-estimées en Europe où l’on ne semble guère s’inquiéter de ses possibles retombées significatives à court comme à long terme.

Sur un temps court, l’inquiétude principale réside dans la velléité nord-coréenne de défier les « salauds d’Américains » avec un « cadeau » ayant consisté le 4 juillet – jour de la fête nationale d’ « Independence Day » aux Etats-Unis – à procéder à un premier lancement d’un missile balistique intercontinental (ICBM).

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Désireux « de tromper leur ennui » selon une dépêche de l’agence nord-coréenne KCNA, le dirigeant Kim Jong-Un a adressé une fin de non-recevoir à l’avertissement de son homologue américain Donald Trump.

Alors que Washington avait prévenu de « conséquences réelles » en cas de nouveau test de missile balistique, Pyongyang a répondu par un test d’ICBM, démontrant ainsi qu’en dépit des efforts de contre-prolifération, son programme militaire a réussi un saut qualitatif d’une importance capitale.

Doté d’un ICBM fonctionnel et quand bien même son arsenal reste modeste en comparaison des grandes puissances nucléaires, la Corée du nord fait désormais partie des « grands. » Cela ne semble toutefois pas dissuader le gouvernement américain de plancher sur des opérations militaires conjointes contre Kim Jong-Un et ses nombreuses troupes.

Sur un temps long, l’inquiétude porte sur les relations entre les Etats-Unis et la Chine qui connaissent une détérioration soudaine après des positions plutôt intransigeantes exprimées des deux côtés. Outre la Corée du nord qui complique les relations bilatérales depuis 1953, les sujets de mésentente sont nombreux, attisés par l’angoisse américaine de voir si vite la Chine étendre son influence et développer sa puissance militaire.

Par conséquent, les derniers développements asiatiques pourraient décider de l’équilibre mondial futur à savoir une coexistence pacifique entre les deux « hyperpuissances » ou une nouvelle guerre froide opposant un bloc « occidental » à un bloc « asiatique ».

Le risque qu’une telle guerre froide se réchauffe à terme ne doit pas être minoré et les implications pour la sécurité mondiale – et celle de l’Europe – sont profondes.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *