L’argent pourrait-il fâcher Force Républicaine et Les Républicains (LR) ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le nerf de la guerre est souvent, avant même la guerre proprement dite, le casus belli. Ce pourrait être le cas entre Les Républicains (LR) emmenés par le député Christian Jacob à l’Assemblée nationale et Force Républicaine, le micro-parti créé par François Fillon et actuellement dirigé par le sénateur Bruno Retailleau.

Sur le plateau de BFMTV, Christian Jacob s’est dit favorable à ce que les « excédents » – les dons – reçus par Force Républicaine pendant la campagne de la primaire de la droite et du centre soit reversés à LR.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

La réaction des sympathisants ayant donné à Force Républicaine fut rapide et vive. Beaucoup ont expliqué sur les réseaux sociaux avoir envoyé de l’argent au mouvement de François Fillon en soutien direct de ce dernier et justement pas pour alimenter les caisses du LR.

On ne l’entend toutefois pas de cette oreille rue de Vaugirard où l’on estime normal que de l’argent soit reversé puisque LR a financé en grande partie la campagne présidentielle de François Fillon.

Si donc l’argument peut être recevable du point de vue financier, il ne l’est pas forcément politiquement. En effet, à l’instar de la primaire, un nombre significatif d’électeurs a spécifiquement choisi de voter pour François Fillon et n’aurait pas nécessairement voté LR si un autre candidat, Alain Juppé notamment, avait été candidat à sa place.

D’autres estiment que la campagne de la primaire fut « solo » dans la mesure où chaque candidat a dû financer sa campagne et ne se serait donc pas engagé à quelque « solidarité » financière avec LR.

Reste dans cette tension naissante à l’opposition de se reconstruire après la scission matérialisée par la création du groupe parlementaire des « Constructifs », plus encore s’il faut presque « s’excuser d’être dans l’opposition » comme l’a affirmé Bruno Retailleau au micro de France Inter.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *