Pour Macron, est-ce le calme qui annonce la tempête ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Certes, les sondages sont bons et le président Emmanuel Macron comme son premier ministre Edouard Philippe peuvent être optimistes pour la suite. Sauf que disposant de la totalité du pouvoir – hormis le Sénat, mais pour combien de temps ? – ils seront 100% responsables du bilan de la France. Des menaces graves pointent pourtant à l’horizon.

D’abord avec les questions sociales qui pourraient déraper en contestation violente lors du passage de la loi travail « puissance 10. »

Ensuite avec les questions de sécurité et d’immigration qui pourraient inviter bon nombre d’abstentionnistes à voter massivement (très) à droite si la situation continue à se dégrader. La menace terroriste reste élevée tandis que la crise migratoire s’aggrave soudainement et que l’insécurité augmente sensiblement.

Si Emmanuel Macron ne saisit pas son mandat comme l’occasion de réguler enfin l’immigration et de rappeler les fondamentaux de la République française notamment sur la laïcité, alors la droite – si elle fait sa révolution – pourrait bien réaliser en 2022 ce que la République en Marche (REM) a réussi en 2017 : obtenir tous les pouvoirs.

Aussi, en toile de fond, Marine Le Pen n’a peut-être pas dit son dernier mot si d’ici 2022, la situation nationale se détériorait aussi profondément que pendant le quinquennat de François Hollande, surtout sur les questions de nation et d’identité largement occultées pendant la dernière campagne présidentielle.

L’optimisme étant à son paroxysme, il semble utile de rappeler que c’est souvent dans l’euphorie que débutent les pires crises.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *