Le Royaume-Uni pourrait « déclarer la guerre » aux hackers

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Les dernières cyberattaques nommées WannaCry et NotPetya ont prouvé combien de simples logiciels malveillants peuvent semer la pagaille dans les systèmes informatiques d’administrations publiques et de grandes entreprises.

En échange d’une rançon, ces logiciels appelés justement « rançongiciels » proposent de débloquer l’ordinateur infecté. Sans ce paiement, ce dernier est tout simplement inopérant et il est extrêmement difficile d’en copier les données sans propager l’infection. Face à la menace croissante et grave que représente la cybercriminalité, le gouvernement britannique songe à « déclarer la guerre » aux pirates informatiques si le Royaume-Uni était à nouveau visé.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Parlant notamment d’attaques délibérées contre les institutions officielles – notamment le parlement – le secrétaire à la défense Michael Fallon a souligné qu’une cyberattaque peut avoir des conséquences aussi graves qu’une attaque physique et peut donc mériter une réponse militaire.

Pour vous protéger contre les cyberattaques, Cyceon vous invite à visiter le site de l’ANSSI.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *