François Fillon quitte la vie politique mais pas Force Républicaine

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le 27 juin 2017 se sont réunis pour une assemblée générale à Paris les membres de Force Républicaine (FR), le micro-parti de l’ancien premier ministre et candidat à l’élection présidentielle François Fillon. Ce dernier n’était apparemment pas présent mais y a délivré un message transmis par son ancien directeur de campagne Vincent Chriqui.

S’estimant désormais « un citoyen parmi les citoyens, » François Fillon estime pouvoir « servir la République autrement » puisque « il n’est pas interdit de parler et de réfléchir. »

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Alors que la droite dans son ensemble s’interroge sur sa scission en cours et par conséquent sur son avenir, François Fillon estime que Force Républicaine peut « tenir ce rôle » de boussole guidant la droite en vue de son adaptation « à la nouvelle donne politique. »

Se donnant le temps de l’été pour préparer une rentrée chargée qui verra probablement Force Républicaine décider de sa gouvernance et de comment elle compte participer à la reconstruction de la droite, François Fillon a remercié ses fidèles soutiens « toujours là (malgré) les coups durs. »

Du côté des électeurs, des sympathisants et des militants, quand bien même ne sont-ils pas surpris de la décision de François Fillon de quitter la vie politique élective – comme tant d’autres ces dernières semaines – restent-ils toutefois enthousiastes quant à l’avenir de Force Républicaine qu’ils imaginent en point de départ d’une reconfiguration profonde de la droite.

Quelques-uns souhaitent même sur les réseaux sociaux la « dissolution constructive » des Républicains (LR) en vue d’une réorganisation autour de Force Républicaine pour « une droite fière de ses valeurs et de la France. »

Ceux qui tenteront comme Laurent Wauquiez de briguer la présidence d’une droite qui se cherche ne doivent en effet pas oublier que François Fillon a gagné en novembre 2016 la primaire de la droite et du centre avec 66% des voix contre Alain Juppé, exprimant le souhait clair d’un électorat désireux d’un positionnement à droite.

Que souhaitez-vous pour Force Républicaine ?

  • Qu'elle remplace les Républicains (LR) et recrée la "vraie droite". (73%, 296 Votes)
  • Qu'elle soit le coeur des Républicains (LR). (16%, 63 Votes)
  • Qu'elle soit un courant des Républicains (LR). (11%, 45 Votes)

Votants: 404

Loading ... Loading ...
Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

11 pensées sur “François Fillon quitte la vie politique mais pas Force Républicaine

  • 28 juin 2017 à 10 h 18 min
    Permalink

    La conclusion rappelle un fait essentiel : 66% de sympathisants de droite ont exprimé le souhait d’une droite forte dans ses valeurs. La demande est donc forte pour un mouvement comme Force Républicaine, alors que les LR ne savent plus où ils en sont, entre ceux qui vont à la soupe macronnienne et les autres.

    In fine, la droite, la vraie, débarrassée de ses parasites partis vers le mouvement présidentiel, renaîtra plus forte et plus unie.

    A vouloir contenter tout le monde, on ne contente personne et il n’y a qu’à voir la candeur (pour ne pas dire plus) d’un parti comme le MoDem qui, une fois utilisé pour permettre à Macron d’accéder à ses fonctions et d’obtenir une large majorité à l’AN, s’est fait jeté avec célérité et dédain, sans que cela n’émeuve grand monde, preuve au passage de la main mise du Président sur la plupart des médias.

    Une droite forte, unie dans ses valeurs, c’est la seule réponse possible et attendue.

    Répondre
    • 28 juin 2017 à 14 h 31 min
      Permalink

      Le Politique vous remercie de vos commentaires nombreux et détaillés. En effet, ces 66% sont un chiffre à ne pas oublier pour ceux qui souhaitent diriger la “droite”.

      Répondre
  • 28 juin 2017 à 14 h 25 min
    Permalink

    Je suis pour une droite forte. Ne pas avoir honte de dire que nous sommes les héritiers d une civilisation judéo-chrétienne etc…

    Répondre
    • 28 juin 2017 à 14 h 30 min
      Permalink

      Bonjour et merci de votre commentaire. Vous êtes nombreux – et majoritaires – à exprimer auprès de Le Politique le souhait d’une “droite forte”. La primaire avait d’ailleurs été très claire à ce sujet.

      Répondre
  • 28 juin 2017 à 17 h 50 min
    Permalink

    Je suis Belge, peu de mots à faire entendre mais encore et toujours vive François Fillon! Vive une Droite Forte! Dans cette attente, tous mes compliments.

    Répondre
    • 28 juin 2017 à 18 h 21 min
      Permalink

      Bonsoir et merci pour votre commentaire depuis ce pays si accueillant qu’est la Belgique. A bientôt sur lepolitique.fr.

      Répondre
  • 28 juin 2017 à 18 h 24 min
    Permalink

    Il manque un choix : souhaitez-vous qu’il dégage totalement des Républicains ? La réponse est oui. Lui et les 2 autres du triumvirat 🙄qui n’ont rien foutu d’autre pour le parti à part flinguer Nicolas Sarkozy, élu à 65% je rappelle, organiser cette invraisemblable primaire et perdre l’imperdable 😡

    Répondre
    • 28 juin 2017 à 18 h 26 min
      Permalink

      Merci Madame pour votre commentaire qui a le mérite de la clarté. Le Politique vous souhaite une agréable soirée, à bientôt.

      Répondre
    • 29 juin 2017 à 19 h 24 min
      Permalink

      Moi je trouve votre commentaire inadmissible et incorrect, pourquoi devrait-il partir des Républicains (LR), Nicolas Sarkozy est assez grand pour se défendre, je l’ai soutenu, mais malheureusement pas les français, alors j’ai soutenu François Fillon qui aurait dû être notre président, mais peut-être avez-vous soutenu Emmanuel Macron ?

      Répondre
  • 29 juin 2017 à 9 h 23 min
    Permalink

    La droite doit être, forte et unie, si elle veut s’en sortir. Trop de courants n’amènera rien de bon.

    Répondre
  • 29 juin 2017 à 16 h 25 min
    Permalink

    Nous étions sarkozystes et avons pressenti que son tour était passé. Nous avons travaillé comme des fous pour faire élire Fillon. Les Républicains n’ont pas digéré le résultat de la primaire. La preuve, rien ne s’est passé durant tous les mois de décembre et janvier pendant lesquels nous piaffions d’impatience. La suite on la connait. Aujourd’hui la Force est toujours présente mais il manque une droite à la droite.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *