Après le choc des législatives, pronostic vital engagé pour les Républicains (LR)

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Si le second tour des législatives confirme les résultats du premier, la réduction drastique du nombre de députés Républicains (LR) à l’Assemblée nationale créera un vide qu’il sera difficile de combler. Depuis l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, un nombre significatif d’électeurs LR a exprimé sa réticence à appeler si tôt à voter Emmanuel Macron pour barrer la route à Marine Le Pen.

Les voix discordantes des “ténors” LR concernant la “main tendue” du désormais président de la République à suscité un déficit de confiance parmi les électeurs et la dissonance des soutiens affichés comme celui d’Alain Juppé ainsi que l’annonce estimée prématurée de “l’anti-ni-ni” de François Baroin semblent avoir accentué la confusion.

Les estimations de l’entre-deux tours des législatives indiquent que l’ensemble des candidats LR-UDI-DVD obtiendrait au mieux entre 70 et 110 sièges à l’Assemblée nationale, contre 211 en 2012. L’abstention record de 51,29% montre les limites de la poussée de La République en Marche (REM) et indique aussi que les électeurs de la droite au sens large se sont démobilisés.

Tout élu en moins constitue aussi un manque à gagner financier. Selon Le Telegramme, le résultat définitif des législatives pourrait diminuer les fonds LR d’environ 5 millions d’euros par an. La perte d’un tel trésor de guerre sera un coup dur supplémentaire et abîmera un peu plus les chances de survie politique de LR.

L’adhésion politique est aussi en berne. Afin de reconquérir les esprits et les coeurs, encore faut-il que les “ténors” opèrent un véritable examen de conscience en comprenant pourquoi François Fillon a si bien remporté la primaire de novembre 2016 contre l’unanimité médiatique. Sans un tel travail interne, le parti pourrait poursuivre son déclin.

Enfin et pour incarner l’opposition efficacement, faut-il également être visible. Alors que la droite est déjà sous-représentée dans les médias, la perte d’un nombre significatif d’élus se traduira par une baisse dramatique de capacité médiatique. C’est donc dans ces circonstances aggravantes que la droite devra se reconstruire pour proposer une alternance crédible – et gagnante – en 2022.

Nul doute déjà que l’effort à fournir sera herculéen.

Sondage

Qui souhaitez-vous à la tête des Républicains (LR) après les Législatives ?

  • Laurent Wauquiez (32%, 578 Votes)
  • Xavier Bertrand (26%, 463 Votes)
  • François Fillon (19%, 349 Votes)
  • Eric Ciotti (10%, 182 Votes)
  • François Baroin (9%, 167 Votes)
  • Valérie Pécresse (3%, 54 Votes)

Votants: 1 793

Loading ... Loading ...

Vous aimerez aussi :

Synthétique état des lieux d’une droite LR-UDI en plein désarroi

Après François Fillon, la droite doit absolument faire sa révolution médiatique

Le décalage avec les électeurs, pas la primaire, a « tué » Les Républicains (LR)

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

2 pensées sur “Après le choc des législatives, pronostic vital engagé pour les Républicains (LR)

  • 13 juin 2017 à 16 h 26 min
    Permalink

    Si c’est Bertrand tout mou je ne readhere pas.
    Seul Wauquiez à de l’avenir et une véritable colonne vertebrale

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 18 h 07 min
    Permalink

    Un recentrage de la politique LR sur les valeurs de la droite me parait être le seul moyen de remobiliser ses adhérents. Le cirque des Juppé, Le Maire et ceux qui ne savent pas où ils ont mal, a suffisamment fait de tort aux LR. Que ceux qui trouvent que la soupe est meilleure chez Macron aillent le rejoindre. Que ceux qui croient aux vraies valeurs de la droite en fasse une droite forte, arrête de se comporter de manière dogmatique et se rejoignent dans ce mouvement, ce battent pour ce mouvement avec force et solidarité.
    Mettons les pieds dans le plat, pourquoi ne pas faire des alliances de circonstances avec le Front National sur certains points où l’accord est pattent ? Pour quoi le PS ou EM auraient le “droit” de faire alliance avec l’idéologie descente directe de Staline sans que personne n’y trouve à redire alors qu’il serait considérer comme un nouveau péché capital le fait de ne serait-ce que penser à parler avec le FN ?
    Dernier point, il me parait important que le parti soit porteur d’innovation et de modernité dans les idées qu’il propose mais aussi dans les méthodes qu’il emploi.
    Une chose est certaine, comme le conclu l’article, la tâche est colossale !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *