Que retenir du premier tour des élections législatives 2017 ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le premier enseignement de ce premier tour des élections législatives 2017 réside dans le taux d’abstention record à 51.29%, un chiffre en hausse de dix points par rapport à 2012 et un record depuis la création de la cinquième République en 1958.

Le deuxième est le score important du parti La République en Marche (REM) du président Emmanuel Macron qui avec 28.21% des votes exprimés devrait emporter une majorité absolue d’environ 400 à 440 sièges sur 577 au deuxième tour.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Le troisième est l’effondrement prévisible du Parti Socialiste (PS) mais aussi des deux droites, des Républicains (LR) comme du Front National (FN), dont une très large partie de l’électorat a gonflé les rangs nombreux de l’abstention.

Du point de vue politique, Emmanuel Macron aura non seulement les mains libres mais il n’aura aucune obligation de mener une politique à gauche ou à droite considérant qu’il n’aura besoin d’aucun allié d’un côté comme de l’autre. Armé d’une configuration politique idéale, le président devra comprendre les raisons d’une abstention record qui n’entame certes pas sa légitimité institutionnelle mais montre bien que son mandat n’est pas un plébiscite.

Enfin, pour la droite en général, tout est à revoir tant chez LR où les troupes militantes ont tout simplement déserté le scrutin voire ont préféré voter directement REM qu’au FN où près de 56% des électeurs de Marine Le Pen se sont abstenus.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.