L’Europe a été vaincue, inutile d’écrire plus sur le terrorisme

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

La multiplication des attentats traduit une situation extrêmement détériorée du contexte sécuritaire général de l’Europe. Malgré des mesures sans cesse « renforcées » ou plaidées comme telles auprès de la population, le développement de la menace terroriste se poursuit sans que ni les dirigeants politiques ni d’ailleurs leurs électeurs n’en prennent conscience.

Constatant le contraste effrayant entre la forte offuscation pour le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat et la pathétique faiblesse consécutive à l’assassinat d’enfants à Manchester (Royaume-Uni), on comprend que la priorité de l’Europe consiste plus à sauver le climat qu’à protéger ses propres enfants.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Dans ces conditions et considérant l’absence de tout réalisme de la part des autorités politiques, la naïveté devrait continuer à constituer l’ossature virtuelle d’une politique sécuritaire vide, vaine et nulle qui consiste à laisser grandes ouvertes les portes d’une maison que l’on prétend protéger.

L’insécurité devrait logiquement augmenter tandis que ceux qui en sont les premières victimes persisteront à excuser l’inexcusable, à expliquer l’inexplicable et à tolérer l’intolérable. Paris, Nice, Manchester, Londres, Berlin, Stockholm, etc… sont les symptômes les plus visibles d’un continent dévoué tout entier à son suicide collectif.

Considérant que tout a déjà été écrit sur le terrorisme et que strictement rien de réellement efficace n’est entrepris pour le contrer, considérant que les Européens s’enthousiasment en fait du sort terrifiant qu’ils ont finalement choisi, il ne sert plus à rien de traiter tel sujet.

N’est que perte de temps qu’écrire sur une menace dont tellement d’Européens souhaitent si ardemment le développement, au prix de la vie de leurs enfants désormais moins importante que le réchauffement climatique, que la sortie du prochain iPhone ou que le futur « je suis » du prochain attentat.

L’Europe n’est vaincue par personne d’autre qu’elle-même.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.