Doha contre Riyad, les lignes bougent au Moyen-Orient

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

L’augmentation de la menace terroriste et le récent voyage du président américain Donald Trump à Riyad (Arabie Saoudite) participeraient du tremblement de terre diplomatique qui pourrait bien modifier sensiblement la tectonique des plaques moyen-orientales.

Accusé de soutien au terrorisme islamiste et de complaisance envers l’Iran, le Qatar se retrouve au ban du Moyen-Orient suite à la rupture des relations diplomatiques décidée conjointement par l’Arabie Saoudite, l’Egypte, Bahreïn et les Emirats Arabes Unis (EAU) et étendue à la coopération militaire et économique.

Cet article est réservé aux Abonnés. 75% reste à lire.

Abonnez-vous pour 5€ et soutenez Le Politique.
Le Politique est intégralement financé par ses Abonnés:
– Soutenez un média indépendant,
– Accédez à l’intégralité du site,
– Ne lisez que le plus pertinent.

Abonnez-vous ou Connectez-vous

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.