Donald Trump se retire de « l’injuste et mauvais » accord de Paris sur le climat

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

« Les États-Unis ont tourné le dos au monde, » a réagi le président français Emmanuel Macron après l’annonce par son homologue Donald Trump du retrait américain de l’accord de Paris visant à lutter contre le réchauffement climatique.

Ce dernier a expliqué que sa première responsabilité est de remettre d’abord les américains au travail et de chercher à négocier un meilleur accord. Donald Trump a souligné pendant sa conférence de presse que l’Inde, la Chine, l’Europe pourraient poursuivre le développement de leurs industries, notamment en matière de charbon, contrairement aux Etats-Unis.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Pourquoi Donald Trump sort-il de l’accord de Paris ?

Estimant l’accord de Paris « mauvais et injuste », Trump a donc décidé d’en sortir et proposé de le renégocier. Cet accord consiste en « la redistribution massive de richesse américaine aux autres pays du monde », a-t-il expliqué. Le dirigeant américain estime aussi que les sacrifices demandés à l’Amérique sont bien trop importants en comparaison du résultat espéré si tous les pays signataires respectaient à la lettre ledit accord.

Bien que Macron insiste sur l’impossibilité de renégocier l’accord, il sera toutefois difficile de mener une politique cohérente sur le climat sans la participation des Etats-Unis. Aussi, expliquent des commentateurs américains, soit les Etats-Unis obtiendront la renégociation de l’accord soit une alternance politique en 2020 les amèneront probablement à en signer un nouveau.

Quelles conséquences politiques pour Donald Trump ?

En attendant et malgré le tollé à l’extérieur, Donald Trump devrait bénéficier d’un soutien intérieur significatif en respectant une promesse-phare de sa campagne électorale et en rejetant un traité plus largement contesté aux Etats-Unis qu’ailleurs dans le monde.

« Pour Donald Trump, c’est en fait l’occasion de reprendre la main vis-à-vis de l’électorat américain et au fond, c’est cela qui compte pour lui à savoir gagner les élections de mi-mandat pour espérer être réélu en 2020. Au final, Trump a compris la donnée fondamentale à savoir que ce sont ses compatriotes qui voteront et non la communauté internationale (1), » résume Charles Rault, analyste et fondateur de Le Politique.

Quelles conséquences au niveau international ?

Du point de vue diplomatique et considérant le retrait de Washington, son plus grand rival à terme à savoir Pékin qui affirme soutenir l’accord a probablement là une carte à jouer même s’il sera difficile pour la Chine de respecter ses engagements en matière climatique.

Rappelons d’ailleurs que l’accord de Paris ne prévoit pas de dispositif contraignant en cas de violation. Enfin, que Trump applique une promesse de campagne, qu’on la considère bonne ou mauvaise, déplaît puisqu’il met ainsi ses homologues face aux leurs.

(1) « J’ai été élu pour représenter les citoyens de la ville de Pittsburgh, pas de Paris, » a dit Donald Trump.

Vous aimerez aussi :

Hillary Clinton serait-elle, comme tout Washington, dupée par les Russes ?

Les Démocrates n’acceptent toujours pas la victoire de Donald Trump

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Donald Trump se retire de « l’injuste et mauvais » accord de Paris sur le climat

  • 12 juin 2017 à 16 h 39 min
    Permalink

    La bien-pensance s’est immédiatement offusquée de la décision de Trump, sans même avoir chercher à comprendre pourquoi (l’a-t’elle au moins envisagée de comprendre ?). Avec les éléments de cet article, on comprend un peu mieux les raisons qui ont poussées le président US à sortir de cet accord, dont on ne sait finalement que très peu de chose (ce qui est pratique pour clouer au pilori tout “rebelle”). Trump n’est pas l’idiot fini que la bien-pensance veut nous faire croire, et il a le malheur de ne pas faire que tu politiquement correct, alors évidement ça ne passe pas, enfin chez nous car au US, beaucoup plus, même s’ils ont aussi leur lot de bobo et autre saltimbanques gauchistes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *