Les législatives, bataille qui hanterait Socialistes et Macronistes

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Alors que le président sortant François Hollande, consécutivement à son ancien premier ministre Manuel Valls, s’apprêterait lit-on à apporter son « soutien » à Emmanuel Macron, candidat d’En Marche pour l’élection présidentielle, circule quelque inquiétude concernant les élections législatives.

Chez les « ténors » socialistes, dont bon nombre ont migré vers Macron, pointe l’inquiétude d’une débâcle aux élections législatives quand bien même leur candidat gagnerait l’Elysée.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

En effet, diverses projections montreraient que les législatives seraient principalement animées par des deuxièmes tours opposant le Front National (FN) et Les Républicains (LR) voire même la France Insoumise (FI) contre l’un ou l’autre. Se pose en effet le nombre de divisions puisque divisée en deux, la gauche « traditionnelle » serait sensiblement en difficulté pour atteindre le second tour.

Dès lors se poserait logiquement l’idée d’une alliance – plutôt d’une fusion – entre socialistes et macronistes pour espérer au moins une majorité partielle à l’Assemblée nationale. Sauf qu’il faudrait pour cela reconquérir la rue de Solférino et l’intégralité de ses troupes militantes aguerries et expérimentées.

Considérant la colère de Benoit Hamon, ce n’est donc pas demain qu’une telle stratégie sera d’abord planifiée puis mise En Marche. Avec le risque de ne pas avoir de majorité législative, il n’y aurait donc pas de gouvernement ni de concrétisation du programme présidentiel.

La présidence d’Emmanuel Macron serait alors vidée de sa substance, un cas de figure que les cadres du PS et d’EM veulent éviter absolument. Mais maintenant que ce qu’il subsiste du PS officiel est très remonté, reste bien peu de temps pour l’apaiser.

Vous aimerez aussi :

Parti Socialiste et Emmanuel Macron, vers la fusion ?

Emmanuel Macron, futur président sans majorité législative?

Le mystère Emmanuel Macron à l’aune du renseignement

Emmanuel Macron et les sondages, une énigme ?

#Hollande #Valls #Macron #Hamon #EnMarche #Présidentielle2017

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.