Pourquoi Valls est une mauvaise nouvelle pour Macron ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

L’ancien premier ministre socialiste et compétiteur malheureux de la primaire du Parti Socialiste (PS) Manuel Valls aurait décidé de voter dès le premier tour pour Emmanuel Macron, son ancien ministre de l’économie et candidat d’En Marche (EM) pour l’élection présidentielle.

Si c’est une bonne nouvelle pour En Marche en vue des élections législatives où l’appareil politique et le maillage électoral du PS lui seront indispensables pour espérer obtenir une majorité à l’Assemblée nationale, c’est peut-être aussi un gros pavé jeté dans la mare du « renouveau politique » que souhaitent beaucoup d’électeurs.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Que Manuel Valls vote Emmanuel Macron est à la fois un soutien de taille mais aussi un gros caillou dans la chaussure de celui qui veut remettre la France En Marche.

Comment en effet ne plus associer Emmanuel Macron au bilan du président socialiste sortant François Hollande quand tant de personnalités du Hollandisme, de Manuel Valls à Jean-Yves Le Drian, migrent du PS sévèrement « pasokisé » vers En Marche où même le volontaire général Bertrand Soubelet aux qualités indiscutables semble préférer quitter l’unité avant que ne crépitent les premiers coups de feu.

Quand les fumigènes auront disparu, ce n’est pas forcément François Fillon ou Marine Le Pen que l’on verra les armes à la main pour en découdre avec le jeune « malandrin » qui rassemble de Robert Hue à Alain Madelin. Mais peut-être sera-ce François Hollande dont on a bien du mal à imaginer qu’il puisse si tranquillement quitter le pouvoir sans que Caton ne laisse quelque bon souvenir à celui qui le remplacera ou voudrait le remplacer.

Vous aimerez aussi :

Emmanuel Macron et les sondages, une énigme ?

Parti Socialiste et Emmanuel Macron, vers la fusion ?

Emmanuel Macron vaincu par les socialistes et communistes ?

#Macron #EnMarche #Hollande #Valls

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Une pensée sur “Pourquoi Valls est une mauvaise nouvelle pour Macron ?

  • 29 mars 2017 à 12 h 57 min
    Permalink

    Bien vu, les fumigènes”, On peut tromper tout le monde un certain temps , mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps
    Bravo pour le rappel de Caton!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *