Nicolas Dupont-Aignan est-il un bien ou un mal pour Marine Le Pen ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Au journal télévisé de TF1 le 18 mars 2017 au soir, Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l’élection présidentielle française pour le parti Debout La France (DLF), a probablement réalisé la meilleure performance médiatique de toute sa carrière politique. Poliment et clairement, Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé le rejet par TF1 (1) de sa présence au premier débat télévisé de la campagne présidentielle prévu pour la soirée du 20 mars 2017. Il s’est donc expliqué puis a quitté le plateau (2).

Parce que ce ne fut justement pas « un coup de gueule » mais l’expression très majoritairement partagée d’un malaise de l’opinion publique quant à la construction médiatique de ladite campagne qui semble favoriser quelques candidats – et surtout un en particulier – Nicolas Dupont-Aignan a su parler à tous les Français, de droite, de gauche comme du centre. Alors que Le Politique place Nicolas Dupont-Aignan 3ème de son classement d’influence politique proportionnelle derrière Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, il pourrait à première vue devenir un obstacle pour cette dernière. Portée par une dynamique forte et ascendante, Marine Le Pen n’a jamais été aussi proche du pouvoir.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Cependant, la croissance médiatique et politique de Nicolas Dupont-Aignan dont beaucoup de points programmatiques rejoignent ceux de Marine Le Pen pourrait fournir à DLF la progression électorale qui ouvrirait droit au remboursement de la campagne, soit au moins 5% des voix, et peut-être priver Marine Le Pen du second tour si ce score atteignait ou dépassait 8%. En effet, parmi les électeurs futurs de Nicolas Dupont-Aignan pourraient se trouver des électeurs qui, presque convaincus de voter Marine Le Pen, opteraient finalement pour le premier, séduits par sa proposition de « rupture sérieuse et sans drame. »

Cependant, et c’est là le travail d’un analyste, convient-il d’aller plus loin qu’un simple calcul arithmétique pour prendre du recul et évaluer la situation dans son ensemble. Le succès médiatique significatif de Nicolas Dupont-Aignan accompagné d’une croissance politique réelle confirme notre analyse quant à la maturation d’une opinion publique – notamment jeune – de plus en plus à droite de l’échiquier politique.

Dès lors, l’expression d’un intérêt sensible de l’électorat aux idées de Nicolas Dupont-Aignan peut également favoriser Marine Le Pen puisqu’il participe d’une dynamique politique profonde, à savoir l’émergence d’une offre politique nouvelle et principalement de droite ; au moins sur les problématiques d’immigration, de sécurité et de politique étrangère.

Si Nicolas Dupont-Aignan peut éventuellement priver Marine Le Pen de quelques points de pourcentage – peut-être décisifs – son succès catalyse une dynamique de fond qui est mécaniquement favorable à Marine Le Pen sur le long terme. En conclusion, Nicolas Dupont-Aignan est présentement et simultanément un obstacle plutôt ponctuel ainsi qu’un accélérateur de la recomposition politique nationale En Marche toute vers la droite.

Annotations

(1) Le Groupe TF1 a publié un communiqué indiquant que sa décision de ne pas inviter Nicolas Dupont-Aignan « ne remettait pas en cause les règles du pluralisme dans la mesure où le principe d’équité était respecté par ailleurs » conformément à deux décisions similaires du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) puis du Conseil d’Etat.

(2) Le Politique s’interroge sur la difficulté de visionner l’intégralité de la vidéo du journal télévisé de TF1 incluant les explications de Nicolas Dupont-Aignan suivi de son départ du plateau. Au moment de l’écriture de cette analyse, la vidéo n’était pas encore disponible dans la section Replay du site tf1.fr. On peut toutefois la visionner via la page Facebook de Nicolas Dupont-Aignan.

Lire plus

Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan, meilleures notes d’influence électorale

Marine Le Pen pourrait bien entrer à l’Elysée dès mai 2017

Leçons de Geert Wilders à Marine Le Pen et à François Fillon

Pourquoi peut-on douter des sondages politiques ?

Nicolas Dupont-Aignan, futur président ou arbitre de la droite en 2017?

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *