Marine Le Pen pourrait bien entrer à l’Elysée dès mai 2017

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Le postulat de départ est que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen, candidate du Front National (FN), inquiète bien plus les « élites », économiques et sociales, que les citoyens. Selon les derniers sondages disponibles, 40% des électeurs seraient en effet prêts à voter pour Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle contre Emmanuel Macron, candidat du parti En Marche (EM), qui récolterait 60% des voix.

IEP (c) Le Politique.frExclusifMarine Le Pen, 1ère du classement d’influence électorale proportionnelle.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

La différence pourrait même être moins importante dans le cas d’un duel entre Marine Le Pen et François Fillon, candidat du parti Les Républicains (LR), toujours selon les sondages. Un article précédent de Le Politique indiquait avec un mois d’avance sur l’agence de notation Moody’s pourtant abondamment citée par les médias ces derniers jours que la probabilité d’une victoire de Marine Le Pen était « moyenne » et « en hausse » à rebours de l’unanimité estimant une telle probabilité « faible » voire « impossible ».

Des évaluations similaires avaient été émises par Le Politique concernant Donald Trump que Le Politique, dès l’été 2015, estimait favori dès lors qu’il réussirait à écarter Jeb Bush, l’unique candidat qui pouvait pour de multiples raisons le vaincre. Après le Brexit et Donald Trump, allons-nous donc vers une « surprise » Le Pen ? C’est incertain mais cela n’a jamais semblé aussi possible.

Contrairement à Donald Trump pour lequel Le Politique exprimait de la certitude, Marine Le Pen ne semble pas bénéficier d’un engouement populaire similaire. Cependant, son image de présidentiable semble s’être sensiblement améliorée dans l’opinion publique et le changement tant dans ses propos que dans le ton désormais plus posé de sa voix ont eu l’effet certainement espéré par son équipe de campagne.

Pour un nombre croissant de Français, non seulement Marine Le Pen est un choix politique valable au même titre que les autres candidats mais elle incarne elle-même et de plus en plus l’image d’une personnalité à même de présider la France ; qui plus est la première Femme à ce niveau. Les opinions exprimées par les citoyens et la progression notable – et stable – de Marine Le Pen dans les intentions de vote le prouvent. Marine Le Pen est devenue incontournable et elle est au seuil de l’Elysée. Peut-être même plus qu’on ne le croit et ce pour deux raisons.

La première est que les intentions de vote en faveur d’Emmanuel Macron pourraient être surévaluées. Le report des voix de gauche pourrait bien être plus faible qu’estimé par les sondeurs, considérant qu’un nombre significatif d’électeurs de gauche considère Macron comme un candidat ultra-libéral et/ou que Marine Le Pen porte des revendications populaires plus proches de leurs préoccupations quotidiennes.

La seconde est que le vote en faveur de Marine Le Pen est souvent sous-évalué considérant que nombre d’électeurs n’osent toujours pas exprimer leur intention de voter pour elle de peur d’être stigmatisés voire plus. Même si ce phénomène s’est réduit par rapport à l’ère Jean-Marie Le Pen, la pression médiatique et sociale demeure forte et abîme dès lors la fiabilité des estimations.

Entre un Macron possiblement surévalué et une Le Pen peut-être sous-évaluée, et considérant les 10 points de pourcentage séparant chacun des deux candidats de la barre des 50% au second tour selon les sondages, on peut envisager que Marine Le Pen entre bientôt dans une marge d’erreur étendue qui rend moins certaine la victoire – tellement annoncée qu’elle pourrait générer une forte abstention – d’Emmanuel Macron.

A ceci, ajoutez le contexte sécuritaire grave, la crise diplomatique turco-néerlandaise, la crise migratoire ou les scandales politiques, et il devient plus aisé d’imaginer combien la chance de Marine Le Pen est élevée. Cela n’indique pas pour autant qu’elle gagnera, mais force est de constater qu’à ce rythme et sans bouleversement politique majeur, elle – ou du moins ses idées – finirai(en)t inévitablement par gagner un jour le pouvoir. Les chances de Marine Le Pen sont certes minces mais elles n’ont jamais été aussi grandes. Sa dynamique est forte et ascendante.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *