Trois conclusions après la victoire de François Fillon

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

La victoire de l’ancien premier ministre François Fillon à la primaire de la droite et du centre confirme trois faits essentiels. Tout d’abord, les sondeurs voient leur travail contesté par les réponses évasives, voire délibérément fausses, des sondés désireux de garder leur vote secret, même au téléphone. La rupture entre tout ce qui incarne, de près comme de loin, les « élites » et le « peuple » est profonde. Les sondeurs et leurs scénarios quasi-incantatoires en font donc les frais.

Ensuite, la victoire de François Fillon résulte certes de la qualité d’une personnalité et d’un programme « choc » notamment en matière économique mais aussi, fait nouveau et porteur, d’une inquiétude « civilisationnelle » collective à savoir dans quelle civilisation les Français veulent vivre, prospérer et élever leurs enfants dans le futur. Le score de François Fillon est une preuve supplémentaire que les français désirent continuer à vivre comme des Français, chez eux, dans un pays respecté, une culture défendue et un patrimoine préservé.

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Cette dimension civilisationnelle, légitime, loin de toute supposition « fasciste » et plus étendue que celle péjorativement nommée « identitaire », a pris une importance capitale mais reste sous-estimée par les « élites » médiatiques comme politiques. Enfin, la défaite d’Alain Juppé n’est pas seulement celle d’une équipe ou d’un programme mais d’une construction médiatique qui a fondée sa victoire si longtemps annoncée sur des postulats gravement erronés. Quelle idée saugrenue en effet que de promettre « l’identité heureuse » en 2016, pourtant annus horribilis du terrorisme perpétré par une mouvance totalitaire.

Bien plus attentivement qu’on ne l’imagine, les citoyens français écoutent les propositions politiques qui leur sont faites et vivent au quotidien une identité de moins en moins heureuse, dans une réalité – LA réalité – désormais plus angoissante et qui démonte toute fiction portée en tête de gondole médiatique. Les dernières interpellations relatives à un projet terroriste visant le marché de Noël de Strasbourg en sont un rappel inquiétant.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *